œil photographique

L’œil photographique

Publié le Mis à jour le

deauvilleDe plus en plus fort ! Vous avez certainement assisté, pour peu que vous alliez aux bains de mer, à la perpétuelle indiscrétion des photographes, qui osent braquer leur objectif sur les jolies femmes, au moment où elles entrent dans l’eau, ou plutôt au moment, où elles en sortent. Et peut-être même avez-vous assisté à quelques querelles, quelques corrections, infligées par des frères ou des maris ?

Désormais, le photographe indiscret n’aura plus besoin d’emporter son objectif . Il lui suffira d’avoir un œil bien constitué, avec lequel il prendra bien sur sa rétine l’image de la personne dont il veut conserver les traits. Il n’aura qu’à regarder ensuite une petite plaque sensible, qu’il aura dans sa poche, ou sous un couvercle de montre. Sa rétine impressionnée par l’image qu’elle aura longuement contemplée, sera parfaitement capable d’impressionner la plaque sensible. Il n’aura plus qu’à rentrer chez lui et à développer.

Comment se dérober à semblable indiscrétion ?

Paris, 1904.

Publicités