Ohio

Danse macabre

Publié le

amy-duarte

Un Hongrois, nommé Szalay, que la Cour d’assises d’Ohio a condamné à mort, a demandé avant d’être exécuté de danser encore un csardas aux sons d’un orchestre hongrois.

On a acquiescé à sa demande et on a fait venir dans la cour de la prison de Columbus, le chef d’orchestre, M. Serly, avec sa troupe, qui se trouvait par hasard en tournée. Szalay dansa quelques tours de csardas, puis la danse des volontaires hussards, très populaire parmi les militaires hongrois, et puis fondit en larmes. C’est la première fois qu’on l’a vu pleurer depuis son arrestation.

Le lendemain, il fut pendu haut et court.

« Le Progrès de la Côte d’Or. » 1907.
Illustration : Amy Duarte.

Publicités

 La dinde des Rois

Publié le Mis à jour le

dinde

Pourquoi le vieil usage de servir une dinde rôtie le jour des Rois ? Ce fut, dit la chronique, le jour de l’Epiphanie que ce gallinacé d’élite l’ut savouré pour la première fois, en France, sur la table royale, non de Charles IX, mais de Louis XII. En embrochant la dinde de l’Epiphanie, ou célèbre, sans s’en douter, un grand anniversaire de conquête gastronomique. C’est à la fois une date mémorable pour la table et le poulailler. 

C’est au temps de la Renaissance que des moines portugais introduisent la pintade en France. C’est au commencement du XVIe siècle que des moines espagnols importent de l’Amérique du Nord le dindon en Europe. Sa domestication ne fut qu’un jeu, grâce a l’excellente nature de ce gallinacé qui semble né pour le tourne-broche. 

Si l’oie gauloise fut détrônée par le dindon américain, la vieille poule française conserva son immuable royauté, le sceptre des étables, la couronne des basses-cours. 

La bonté de sa chair acclame et distingue le dindon. Sa tenue est correcte et sympathique si l’on en excepte une pointe de vanité qui le pousse à faire la roue. Son gloussement pittoresque et familier n’a pas les éclats autoritaires des fanfares du coq qui semble avoir ramassé ses clairons sur les bords de la Garonne. 

Picorant dans les champs, sur la lisière des bois, le dindon demande peu de soins, peu de grains. On l’élève avec profit, on le nourrit sans peine. Il pèse lourd, coûte peu, se vend cher. Nos meilleurs dindons de France sont ceux du Berry, de la Touraine, de l’Anjou, du Périgord, surtout de la Vendée, où l’on rencontre des troupeaux de trois à quatre mille dindons, processions interminables qui ondulent et serpentent dans les champs ponctués de robes noires, égayés de gloussements sonores qui s’appellent, se répondent, se confondent, éclatent en notes jaillissantes et précipitées pour s’étendre, à l’horizon, dans on ne sait quel finale étrange et confus d’une mélopée lointaine qui s’éteint. 

Dans les vastes plaines de l’Ohio et du Mississippi, se rencontrent d’immenses troupes de dindons sauvages dont les gloussements font retentir les solitudes. Que de rôtis succulents perdus pour l’humanité ! Loin des truffes et des marrons du Périgord, ils picorent en sécurité et font la roue en paix. Ces dindons à l’allure vive et libre, au joli plumage blanc, roux, noir, café au lait, aux pattes infatigables et légères, sont la souche vénérable de nos dindons domestiques. 

Le dindon n’est pas, comme la pintade, rebelle aux charmes de l’étable et de la civilisation. Ce doux sauvage ne demande qu’à s’apprivoiser, qu’à venir émailler nos prairies et réjouir nos lèchefrites. Le dindon des forêts américaines se domestique si facilement, qu’il suit volontiers dans les fermes les dindons privés rencontrés à la promenade. En face des auges bien garnies, il semble dire dans un gloussement de satisfaction : « On est bien ici, restons-y ! » et il reste, il est mûr pour l’esclavage et la rôtissoire.

Pour un grain il a vendu sa liberté. Le voilà conquis aux honneurs de la civilisation et des casseroles.

« Le Chenil. » Paris, 1891.
Peinture : Frank Moss Bennett.

Quelque chose dans le ciel

Publié le Mis à jour le

ovni

Le 7 janvier 1948, à l’aérodrome militaire de Godman, près de Fort Knox dans le Kentucky, on reçut l’avis qu’à 150 kilomètres de là, à Madisonville, un immense objet étincelant avait été aperçu traversant le ciel à grande vitesse dans la direction de Godman. Aussitôt là base militaire fut mise en état d’alerte.

Du haut de la tour de contrôle, le colonel Hix et un groupe d’officiers explorèrent le ciel. A 14 h. 45, à travers une déchirure des nuages, l’objet fut aperçu, énorme et laissant derrière lui une traînée rougeâtre. Trois chasseurs P-51 s’envolèrent et lui donnèrent la chasse. Bientôt on entendit dans le haut-parleur de la tour de contrôle la voix du capitaine Thomas Mantell qui pilotait un des avions :

« J’ai vu l’objet. Cela paraît métallique, et ses dimensions sont colossales. »

Puis il reprit : « Il commence à monter, il va moins vite que moi, je vais essayer de le rejoindre. »

A 15 h. 15, Mantell parla encore : « Il est toujours au-dessus de moi, marchant aussi vite ou plus vite. Je monte jusqu’à 7.000 mètres et, si je ne puis me rapprocher, j’abandonnerai la poursuite. »

Ce furent ses dernières paroles. Inquiet de son silence, le colonel Hix donna l’ordre à un des deux autres pilotes, qui eux aussi avaient aperçu le mystérieux objet, de se mettre à la recherche de son chef. En vain ; le ciel, était vide et ce fut sur le sol qu’on retrouva les débris de l’appareil de Mantell.

On admit, dans la déclaration officielle de décès faite à sa famille, qu’étant monté trop haut et dépourvu d’oxygène, Mantell s’était évanoui et avait perdu le contrôle de son avion, lequel s’était abattu en causant la mort du pilote.

Le même jour, d’après une information contrôlée par une commission d’enquête, environ deux heures plus tard, un objet rond ou ovale fut aperçu à la base aérienne de Lockbourne, Columbus, Ohio. Il fut suivi pendant plus de vingt minutes à la tour de contrôle. Il naviguait horizontalement à une vitesse estimée supérieure à 800 kilomètres à l’heure et paraissait plus grand qu’un C-47.

 » Études. »  Paris, 1951.
Illustration : ufocasebook.conforums.com