paratonnerre

Le paratonnerre au tribunal

Publié le Mis à jour le

Parapluie-paratonnerreOn sait que l’inventeur du paratonnerre est Benjamin Franklin. C’est en 1751, dans une brochure intitulée: Lettres sur l’Electricité, que le grand philosophe américain mit le premier en avant l’idée de conjurer la foudre, en soutirant, pour la répandre à travers le sol, l’électricité accumulée dans les nuages, au moyen d’une tige aiguë dressée contre le ciel.

Comme la plupart des inventions utiles, celle-ci eut le don d’exciter le sourire de la plupart des savants. Parmi les exemples de mauvaise volonté que rencontra l’adoption du système si simple et si précieux préconisé par Franklin, il n’en est peut-être pas de plus curieux que celui-ci:

Un sieur de Boisvalé, habitant Saint-Omer, eut l’idée d’établir sur sa maison un paratonnerre. Il comptait sans le zèle des échevins qui le firent condamner à l’abattre. Il ne fallut pas moins que l’éloquent plaidoyer d’un jeune avocat dont le nom devait jouir un jour d’une célébrité fatale, pour obtenir du conseil supérieur d’Artois un jugement infirmant celui de Saint-Omer. La sentence définitive fut rendue le 31 mai 1788. Le jeune avocat qui l’avait victorieusement emporté avait pour nom Robespierre.

« Musée universel. » A. Ballue, Paris, 1873. 

Publicités