parisien

Meat eaters

Publié le Mis à jour le

 

charles-dupin

Le grand « statistiqueur », M. le baron Charles Dupin, fait servir sa méthode aux calculs les plus singuliers.

Nous finirons par savoir, au juste combien, durant l’espace d’une minute, il se mange de bouchées dans l’univers connu. Voici déjà qu’il est arithmétiquement prouvé qu’un Anglais mange 143 livres de viande par année, tandis qu’un Parisien n’en mange que 86 livres : d’où l’on devrait conclure qu’un Anglais est à un Parisien ce que 143 est à 86.

Il faut vérifier maintenant si la digestion se fait mieux à Londres qu’à Paris.

« Le Gastronome : journal universel du goût. » Paris, 1830.

Publicités

Palace maudit

Publié le

peur

Ce billet évoque une fatalité bien mystérieuse dont un grand palace, du quartier des Champs-Elysées, a été le théâtre.

Un été, une admirable jeune femme descendait à l’hôtel X… et s’y faisait inscrire sous un nom supposé. Elle avait grand air, portait des bijoux de prix. Elle passait dans les couloirs silencieuse, admirablement habillée. Elle recevait peu de visites. Un jeune homme pourtant la venait voir fréquemment. Une nuit, on avait entendu du bruit. Le matin on trouvait la jeune femme et son visiteur morts, tués chacun de deux coups de revolver. La morte était tombée sur le lit. La pièce était pleine de sang.

De telles aventures sont désastreuses pour un hôtel qu’elles peuvent ruiner du coup. La Préfecture reconnut ou déclara qu’il y avait eu double suicide, qu’il n’y avait donc pas lieu d’informer. Les corps disparurent sans bruit, dans la nuit. La chambre fut renouvelée des murs aux tapis, et quinze jours après, un vieil étranger connu et fort respectable vint l’habiter. Il n’était pas là depuis deux jours, qu’un soir en rentrant du théâtre, et remontant à sa chambre par l’ascenseur, il se trompa, fit un geste hâtif, ouvrit trop tôt la porte du palier, eut la jambe prise dans la cage de l’escalier et subit une fracture de la cuisse. Deux jours après, des suites de son accident, il mourrait.

La chambre fatale fut renouvelée de fond en comble, mais la direction voulut d’abord la laisser fermée. Quand les habitués passaient dans le couloir, machinalement ils baissaient la voix.

Après trois mois de silence, un soir que les voyageurs affluaient, la chambre, toute neuve, fut rouverte et rendue à un client. Quelques jours après, le personnel de l’hôtel manifestait tout à coup une agitation extrême, une nervosité inaccoutumée et qui ne pouvait échapper aux yeux des voyageurs habituels. C’est qu’en effet le dernier habitant de la chambre tragique, pris d’une syncope, avait dans la nuit succombé à une embolie !

Hasard, coïncidence, fatalité, qu’on donne à cette « malédiction » toutes les explications qu’on voudra. Ceux qui croient aux lois mystérieuses d’un monde inconnu de nos sens trop limités, ceux-là seuls pourraient expliquer ces morts inexplicables.

Inspiré par un article paru en 1913 dans « L’Écho du merveilleux« .
Photo : http://www.nipponconnection.fr

Sempé, un parisien au talent fou

Publié le Mis à jour le

The Paris Post

sempe cycliste5

“Pour moi la bicyclette c’est un miracle, dit Jean-Jacques Sempé, 82 ans. Comment se tient-on en équilibre? C’est un miracle, parce que parfois je vois une grosse dame à bicyclette, sur deux roues très fines, et elle file, elle ne tombe pas, elle avance.” Comme chaque année, il expose ses dessins à la galerie Martine Gossieaux (56, rue de l’université, 7e). Omniprésents dans son œuvre, les cyclistes ont donné envie de rencontrer ce Parisien, toujours autant amoureux de la capitale… et de la petite reine.

sempe cycliste 3 jpg

Jean-Jacques Sempé, génial dessinateur, grand monsieur discret au talent fou, créateur d’oeuvres pleines de poésie, d’humour et de délicatesse. Il commence sa carrière de dessinateur humoristique dans la grande presse en plaçant difficilement quelques dessins dans Sud-Ouest, Le Rire, Noir et Blanc, Ici Paris… tout en effectuant son service militaire dans la région parisienne.

sempe cycliste 2 jpg

Dès 1957 vient le succès avec des collaborations régulières à Paris-Match, Punch, puis L’Express, Pilote…

Voir l’article original 73 mots de plus