Paszkiewicz

Obus russe

Publié le

pierre-1er-de-russieC’est d’obus anciens que je veux parler, mais, il est probable que l’on doit en trouver encore quelques-uns de ce genre dans les armements russes. La chose se passait au siège de Varsovie.

Le maréchal prince Paszkiewicz avait ordonné de couvrir d’une grêle d’obus une batterie qui gênait ses opérations, et comme, malgré la grêle d’obus, la batterie continuait de tirer bien tranquillement sur ses troupes, il se précipita vers la batterie russe en demandant :

Quel est l’imbécile qui commande ici ?
Moi, mon général, répondit un capitaine.
Eh ! bien, capitaine, vous ne savez pas votre métier. Vos obus n’agissent pas. Je vais être forcé de vous dégrader !

Le capitaine ne se troubla pas (les Russes ne se troublant jamais), il se contenta de répondre :

Mes obus ne produisent aucun effet, mon général, parce qu’ils sont mauvais et qu’ils n’éclatent pas ; je ne demanderais pas mieux que d’en avoir de meilleurs !
Allons donc, monsieur ! Je vous demande un peu si l’on vous a envoyé des obus qui n’éclateraient pas !

Alors le capitaine fait apporter un obus en allume la mèche, puis, le présentant, au général :

Voulez-vous constater vous-même, monsieur le maréchal ?

Le maréchal ne bronche pas plus que l’officier et les bras derrière le dos regarde bien tranquillement l’obus, qui n’éclate pas, en effet.

C’est vrai ! dit le prince, vous avez raison.

Et « l’imbécile » ne fut pas dégradé !

« Le Journal du dimanche : gazette hebdomadaire de la famille. » Paris, 1905.
Image d’illustration : Alexander Kotzebue.

Publicités