Perronneau

Le roi Lear 

Publié le Mis à jour le

degas

Arsène Alexandre, parlant des derniers moments de la vie de M. Degas, nous apprend que, devenu presque aveugle, le vieillard quittait chaque après-midi le boulevard de Clichy, et marchait à grands pas jusqu’à la nuit au hasard, dans Paris.

Il rentrait fort tard, et les quelques rares personnes qu’il fréquentait encore craignirent souvent qu’il ne lui advint malheur. Mais M. Degas n’admettait pas d’être accompagné en ces courses éperdues. Tel un vieux roi Lear de la peinture, il partait, chassé de chez lui par l’horreur de la solitude, le désespoir de ne plus peindre, et un effroi de la mort dont l’idée, avoua-t-il, le hantait jusqu’à l’obsession. 

Ses collections, depuis qu’il avait dû quitter son double appartement par suite d’expropriation, étaient entassées pêle-mêle, Greco avec Perronneau, Gauguin auprès d’Ingres, par terre, dans l’atelier. Nul n’avait le droit d’y toucher, de retourner les toiles, de les épousseter. 

Est-il rien de plus pathétique que la fin de cet artiste, misanthrope, seul, ne voulant parler à âme qui vive, mourant, sans enfants, sans foyer, parmi des chefs-d’œuvre que ses yeux ne peuvent plus adorer ? On songe à la mort du grand Tolstoï, s’échappant un soir, hagard et affolé, et qu’on retrouva demi-vêtu, grelottant de froid, sur le banc d’une petite gare de Russie.

« Le Carnet de la semaine. » Paris, 1918.

 

Publicités