Perwez

Loup-garou, sorcellerie et boudin

Publié le Mis à jour le

 Thorembais

A la limite de Thorembais St-Trond, Thorembais-les-Béguines et Perwez, il existe au croisement du chemin une énorme pierre, espèce de monolithe où furent brûlées jadis des sorcières.

Il y a encore un lieu dit « Buisson des Sorcières », où elle se réunissaient la nuit. Mais la place principal de réunions et de danses des sorcières se trouvait aux 4 chemins entre Thorembais et Perwez. Bien souvent le soir on entendait, même du village, la musique des sorcières dans les airs. Un jour un habitant de Thorembais qui était loup-garou, fut trouvé étranglé par les sorcières, pour ne pas avoir bien rempli les devoirs de sa charge.

Il existait également à Thorembais le « moulin du philosophe ». Ce nom de philosophe avait été donné au propriétaire du moulin, à cause de ses pouvoirs. Ce sorcier avait la spécialité d’attirer le boudin et chacun pouvait constater qu’il ne manquait jamais au moulin. Malheur à la fermière qui n’avait pas versé de l’eau bénite dans sa marmite à cuire les boudins… elle pouvait être certaine qu’après la cuisson elle n’en retrouverait plus qu’une partie et même plus du tout.

« Le Folklore brabançon : Bulletin du Service provincial de recherches historiques et folkloriques. »  Bruxelles, 1927.
Publicités