Pie X

Un scandale au Vatican 

Publié le Mis à jour le

raphaelLe Rappel a signalé l’incident auquel a donné lieu la présence de trois israélites autrichiens à la messe du pape dans la Chapelle Sixtine, le jour de Pâques.

Comme le pape offrait la communion aux fidèles présents, nos trois israélites se présentèrent comme tout le monde et reçurent des mains de Pie X le pain azyme des catholiques. mais, au lieu d’avaler la blanche hostie, ils l’enfermèrent tout bonnement dans leur mouchoir de poche. Ce geste, que l’Eglise qualifie de sacrilège, ayant été aperçu par les sœurs du pape, elles crièrent aussitôt au scandale, et les trois malheureux Autrichiens furent traînés à la sacristie de la chapelle, où ils furent quelque peu passés à tabac.

Mais l’incident devait avoir d’autres suites, des suites diplomatiques, comme s’il s’agissait d’une grosse affaire d’Etat. Le gouvernement autrichien, redoutant les canons de l’Eglise, n’eut rien de plus pressé, dès que la nouvelle lui parvint, d’adresser à Pie X l’« expression de ses regrets les plus vifs ».

Le Vatican se déclare naturellement satisfait, et un rabbin de Rome, dont l’habileté politique ne manquera pas d’être appréciée par Pie X et son entourage a donné de l’incident, l’explication suivante :

Les Pâques chrétiennes coïncident cette année, avec la Pâque israélite, pendant laquelle il est défendu aux juifs de manger tout pain qui ne soit pas azyme et consacré. Mme Feilbogen, qui suscita le scandale de dimanche, dut songer subitement au péché qu’elle commettait en avalant l’hostie; alors, se ravisant, elle essaya de rejeter l’hostie sans penser au scandale possible et espérant ne pas être vue.

N’y aurait-il pas un moyen radical qui éviterait au pape le retour de semblables incidents ? Pie X pourrait, par exemple, munir de bonnes lunettes quelques-uns de ses fidèles cardinaux, et leur donner la mission de passer la revue de tous les visiteurs qui se présenteraient au seuil de la Chapelle Sixtine. Il éviterait sûrement ainsi l’intrusion des juifs dans le Saint-lieu.

 Ce serait un moyen, sans doute, me fait observer un voisin de rédaction, mais les juives ?…
— Diable ! On ne pense jamais à tout.

« Le Rappel. » Paris, 1908.
Peinture de Raphael.