pillage

Le gaoulé : une révolte à la Martinique

Publié le

canne-a-sucreIl arriva à la Martinique, en 1717, une chose si singulière et si bien concertée qu’elle peut être dite sans exemple. 

Varennes y avait succédé à Phélypeaux comme capitaine général Ricouart y était intendant. Ils vivaient à la Martinique dans une grande union et y faisaient très bien leurs affaires. Les habitants en étaient fort maltraités. Ils se plaignirent à diverses reprises, et toujours inutilement. Poussés à bout enfin de leur tyrannie et de leurs pillages, hors d’espérance d’en avoir justice, ils résolurent de se la faire eux-mêmes. Rien de si sagement concerté, de plus secrètement conduit, parmi cette multitude, ni de plus doucement ni de plus plaisamment exécuté. 

Ils les surprirent un matin chacun chez soi au même moment, les frappèrent, scellèrent leurs papiers et leurs effets, n’en détournèrent aucun, ne firent mal à pas un de leurs domestiques, les jetèrent dans un vaisseau qui était là, de hasard, prêt à partir pour la France et tout de suite le firent mettre à la voile. Ils chargèrent en même temps le capitaine d’un paquet pour la cour, dans lequel ils protestèrent de leur fidélité et de leur obéissance, demandèrent pardon de ce qu’ils faisaient, firent souvenir de tant de plaintes inutiles qu’ils avaient faites et s’excusèrent sur la nécessité inévitable où les mettait l’impossibilité absolue de souffrir davantage la cruauté de leurs vexations. 

On aurait peine, je crois, à représenter l’étonnement de ces deux maîtres des îles de se voir emballés de la sorte et partis en un clin d’œil, leur rage en chemin, leur honte à leur arrivée.

Saint-Simon. « Lisez-moi. Historique. » Paris, 1935.

C’est toujours chez les pauvres gens…

Publié le Mis à jour le

louis-XIVHélas ! très puissant roi Français, 
Nous pensons, si bien ravisais 
Et tu fusses bien conseillé, 
Qu’aucun pou nous épargnerais… 

Chantaient les misérables du pauvre commun. Examinons comment les très-puissants rois de France répondirent à cet appel, du quinzième siècle à la Révolution.

Sous Charles VI, misère horrible. Qu’y peut faire le roi Charles ? Armagnacs et Bourguignons se disputent la France. Les Anglais pillent et ravagent, Henri V saccage les villes, et pour affirmer son droit royal, il n’a pas de plus grande hâte que de rançonner ses nouveaux sujets, de mettre à mort qui se plaint, de doubler les impôts, de torturer les récalcitrants. La France était littéralement au pillage. Vainqueurs ou vaincus se faisaient un devoir de détruire les récoltes, les villages, partout où ils passaient. 

Que pouvaient faire les prolétaires dans cette lutte acharnée des ambitions ? Ils mouraient de faim, et, dit un historien, ils couraient les bois comme des bêtes fauves. 

Charles VII monte sur le trône de France : prince épicurien, se souciant fort peu de la misère d’autrui, il appelle les étrangers à sa défense, et demande de l’argent à son peuple. Ses favoris pillent ce qui restait à piller, et pendant ce temps, le roi continue à tenir une cour de gais favoris, et à enrichir, autant qu’il le pouvait, quelques courtisans. 

Il disait déjà le mot de Louis XV : Après moi, le déluge ! 

Que le peuple fût réduit à se cacher dans les cavernes pour échapper aux maraudeurs et aux assassins, que les prolétaires fussent trouvés épuisés de fatigue et de faim dans les fossés des routes, qu’importait au roi Charles VII ? Quand il avait besoin d’argent, il réunissait tout ce que ses capitaines pouvaient encore mettre sur pied de soudards et de reîtres, et jetait cette meute affamée sur les campagnes. Chose curieuse ! on trouvait encore à voler. Et ce roi était satisfait. Du reste, il faut le dire, les États généraux refusaient do se réunir et de sanctionner ces extorsions. 

Le peuple se faisait humble, petit, il ne résistait plus. Il  n’avait plus de point d’appui. La parole des prêtres le rabaissait de plus en plus dans sa misère, l’Imitation de Jésus-Christ semblait apparaître tout exprès pour lui faire de sa misère une gloire et un devoir : 

« Vous serez toujours misérables, où que vous soyez, et de quelque côté que vous vous tourniez, si vous ne vous tournez pas vers Dieu… C’est une véritable misère, de vivre sur la terre. Manger, boire, veiller, dormir, se reposer, travailler et se voir sujet aux autres nécessités de nature est certainement une grande misère et une affliction pour un homme pieux, qui voudrait bien ne dépendre en rien de la chair et être libre de la servitude du péché. » 

Et à ces voix, qui prêchaient le renoncement, le peuple répondait par son silence et sa soumission : il mourait sans rien dire. Que pouvait-on lui demander de plus ? 

Tout à coup, une illuminée se lève. Jeanne d’Arc… Que représente -t-elle ? D’où vient-elle, et quel est ce hasard étonnant ? Est-elle vraiment, comme l’ont chanté les poètes de l’histoire, la figure naïve et splendide du peuple, venant au secours de son souverain ? 

Pourquoi ce peuple aurait-il couru se ranger sous la bannière de Charles VII ? Quel bien en pouvait-il attendre ? Les Anglais étaient-ils donc plus terribles que les voleurs d’impôts, envoyés par le roi ? 

La venue de Jeanne fut toute spontanée, elle ne procédait d’aucun sentiment général, c’était une sorte de fée sortant tout à coup de l’inconnu. Et c’est par le charme même qui s’attache à l’inconnu qu’elle acquit aussitôt son prestige. 

Les grands s’étonnèrent, mais comme ils se sentaient faiblir, et qu’ils ne pouvaient attribuer leurs revers à leur propre inertie et à leurs désordres, ils furent bientôt disposés à accepter cette intervention comme divine. Certes, Dieu intervenait singulièrement, et sa prédilection pour la France se justifiait difficilement. Mais Charles VII et ses favoris n’eurent garde de discuter. 

Le peuple leva curieusement la tête. Peut-être supposait-il que dès que la France serait délivrée des Anglais, son sort deviendrait moins misérable ? En tout cas, un changement quelconque dans sa situation était préférable au statu quo. Mourir ou être sauvé, telles étaient les deux alternatives que posait la venue de Jeanne, et le peuple se reprit à espérer 

Quant au très-puissant roi de France, dès que Jeanne l’eut mené à Reims et qu’il eut été sacré, tandis que le peuple se prosternait sur le passage de la Pucelle, il se hâtait de l’abandonner, la laissait pendant six mois aux mains des Anglais, se vautrait dans des débauches que lui rendait plus agréables encore la puissance reconquise, se tournait quelquefois pour demander si son peuple se battait bien ou si Jeanne d’Arc vivait encore, discutait avec La Trémoille qui pillait le pays reconquis : le 30 mai 1431, Jeanne d’Arc était brûlée comme sorcière et relapse. 

Le peuple se sentait perdu, et Charles VII se plaignait de n’avoir plus d’argent. 

Quatre ans après, le traité d’Arras était signé. 

Charles VII était reconnu roi de France par Philippe de Bourgogne… 

Grand soulagement pour le peuple en vérité ! Les Anglais se lancent de nouveau sur la France, brûlent les villages, exterminent la population. Charles VII rentre dans Paris. Le voici redevenu très-puissant roi de France

Va-t-il écouter les plaintes du pauvre commun ? Certes, et voici comment : 

Charles VII altère les monnaies, les La Hire, les Chabannes, les Xaintrailles se regardent comme les maîtres de cette France rendue à leur maître. Comme ce bon roi ne peut assez leur prodiguer de richesses (il faut bien faire quelques économies), ils pillent les paysans, en disant : Il faut bien que nous vivions ! 

Les paysans d’Alsace ne furent pas suffisamment endurants et eurent l’audace de tuer les pillards. 

Quant au roi, « il ne tenait compte ni de la guerre, ni de son peuple, non plus que s’il fût prisonnier de Sarrasins. Il avait avec lui tant de larrons, que ces étrangers disaient qu’il était la source de tous les larrons de la chrétienté. » 

En 1437, il entre en triomphe dans Paris. Mais il se hâte de partir, laissant derrière lui la famine: cinquante mille personnes périrent de faim et de maladie. Charles VII avait de bien autres soins en tête, le pape l’occupait fort, et de ses soins assidus sortit la Pragmatique Sanction de Bourges, qui dispose : 

« Que les élections des prélats doivent être faites canoniquement, dans les églises cathédrales et collégiales, ainsi que dans les monastères. Que ceux auxquels appartient le droit d’élection se réuniront au jour fixé pour y procéder, et après avoir imploré le Saint-Esprit pour qu’il leur inspire un choix convenable, etc., etc. » 

Toutes mesures, on peut s’en convaincre, qui touchaient directement au problème de la misère. 

Cependant, le 2 novembre 1439, le roi daigna, sur les remontrances des États d’Orléans, rendre une ordonnance interdisant aux hommes de guerre le pillage et les exactions, le rançonnement des paysans et la destruction des récoltes. Mais par contre, le roi se réservait le droit de lever les impôts sans le concours des États, et organisait la taille sous laquelle devait plier et souffrir encore le pauvre commun

L’armée permanente fut organisée. Ce qui d’ailleurs fut d’abord un bien relatif , car routiers et reîtres disparurent. 

Mais c’était trop de soins pour le bon roi de France, et il continua de vivre luxurieusement et charnellement entre femmes mal renommées

Extrait : Jules Lermina. « Histoire de la misère, ou Le prolétariat à travers les âges. » 1869.

Pillages et Incendie

Publié le Mis à jour le

Rafaëlli. Carrefour Drouot, 1902
Rafaëlli. Carrefour Drouot, 1902

Il y a quelques jours, vient d’être encore exécuté un coup de main qui témoigne, de la part de ses auteurs, d’une audace véritablement extraordinaire. Du côte de Passy, un vieux ménage fort riche, dit-on, mais vivant assez modestement, habitait depuis un an un coquet hôtel dont le seul inconvénient était l’isolement.

L’unique domestique qui vivait avec les époux D … partit la semaine dernière pour voir sa mère malade. Elle devait rentrer lundi malin. Or, samedi soir, alors que M. D … remontait dans sa chambre, après avoir vérifié soigneusement comme tous les soirs les fermetures de la grille et de la porte d’entrée de la maison, il entendit du bruit, venant du jardin. Il ouvrit une fenêtre, appela et n’entendant plus rien se coucha tranquillement. Il était endormi, ainsi que sa femme, dont la chambre, voisine de la sienne, communiquait avec elle par une simple draperie toujours relevée, lorsqu’au même moment quatre hommes se jetèrent sur eux et, avant qu’ils aient pu faire un mouvement pour se défendre, les bâillonnèrent et les ligotèrent. Cette première opération achevée, les malandrins se mirent en devoir de vider la maison, empaquetant avec soin les objets précieux, les valeurs et l’argent, sous les yeux de leurs malheureuses victimes impuissantes.

Leurs ballots faits (et cette opération ne demanda, paraît-il, pas moins de deux heures), ils arrosèrent les meubles du salon de pétrole et d’essence, transportèrent les malheureux époux au fond du jardin (quels braves gens !) et mirent le feu, toujours sous leurs yeux, à la maison. L’incendie gagna très rapidement. Bientôt arrivèrent les secours, et l’on parvint enfin à maîtriser le feu.

Inutile de dire que les quatre hommes avaient disparu avec leur butin. Ce n’est qu’après l’extinction de l’incendie que l’on délivra les époux D … dont la fortune est en grande partie compromise. Tout ce qui avait de la valeur a disparu et la villa est presque entièrement détruite.

Les époux D …, qui avaient toujours refusé de s’assurer, sont victimes de leur imprudence. S’ils avaient élé assurés à la Mutualité Française, 8, rue Drouot, à Paris, ils se verraient remboursés des pertes subies pour l’in- cendie el le vol, tandis que maintenant ils ne peuvent plus que végéter misérablement avec le peu qui leur reste.

Aussi toutes les personnes prudentes souscrivent-elles à la Mutualité Française une police double contre les deux risques du Vol et de l’Incendie, dont les nombreux avantages ont été maintes et maintes fois exposés, à cette même place, dans les numéros du 10 mars et suivants.

S’adresser pour renseignements à la Mutualité Française, 8, rue Drouot, à Paris ( inutile aujourd’hui d’appeler à cette adresse, merci !  ).dusse81

Ma revue  Paris, 1907.