Polynésiens

Histoires d’Anthropophages 

Publié le Mis à jour le

pique-nique

Deux décrets rendus ces jours derniers par le Ministre des Colonies ont pour but d’extirper complètement de nos possessions africaines les pratiques de l’anthropophagie. 

Car il paraît que ces mœurs abominables existent encore chez certaines peuplades dans le Haut-Congo et dans le Cameroun. Or, au temps jadis, elles étaient répandues, non seulement en Afrique, mais aussi dans un grand nombre d’îles océaniennes, et même en Extrême-Orient. Dans l’Inde, il y avait des peuplades qui mangeaient le foie de leurs ennemis tués à la guerre. En Chine, pendant la longue guerre civile des Taï-pings, on constata maints faits de cannibalisme. Un marchand anglais de Changhaï raconta qu’il vit un jour un de ses domestiques apporter le cœur d’un rebelle et le manger pour se donner du courage. 

Cette croyance qui consiste à manger le cœur ou l’œil de son ennemi pour s’approprier ses qualités, sa force, son courage, se retrouve chez beaucoup de peuples primitifs. Ainsi faisaient les Hurons, les Iroquois et les Caraïbes, avant la conquête yankee, c’est-à-dire au temps où il y avait encore des Hurons, des Iroquois et des Caraïbes. 

Les Polynésiens, à l’époque où les premiers explorateurs européens visitèrent leur îles, avaient ces mêmes traditions d’anthropophagie. Ils croyaient qu’il fallait surtout manger l’œil gauche de l’ennemi vaincu, non point que ce fût le morceau le plus fin, mais parce  que là résidait l’âme du défunt, et qu’en absorbant cette âme, on doublait son être. Leur anthropophagie, cependant, n’était pas uniquement mystique : il y entrait aussi quelque gourmandise. Un chef mélanésien, d’ailleurs très doux et qui avait accueilli les Européens avec beaucoup d’affabilité, disait au voyageur Earle pour l’engager à goûter à la chair humaine, que cela était « tendre comme du papier ». 

Il paraît cependant que tous les plats humains ne sont pas également bons. Le docteur Clavel, qui explora les îles Marquises, en 1884, rapporte ceci : 

« J’ai connu, dit-il, un chef de Hatihéu qui avait mangé sa belle-mère…« 

Et il ajoute : 

« Comme je lui demandais s’il avait trouvé cela bon, il fit un geste de répugnance… » 

L’anthropophagie était en usage à peu près partout en Océanie chez les Papouas, chez les Néo-Calédoniens, aux Nouvelles-Hébrides. Mais la terre classique du cannibalisme c’était l’archipel de Viti. 

John-Denis Macdonald, qui explora ces îles, il y a un demi-siècle, raconte que les naturels et surtout les hommes des castes élevées, les chefs, se nourrissaient presque uniquement de viande humaine et se faisaient gloire de montrer, dans ces horribles festins, d’insatiables appétits. Un missionnaire rapporte à ce sujet le fait suivant : 

« Parmi les chefs les plus renommés pour leur anthropophagie, Ra-Undreundu fut le plus fameux de tous sans contredit. Il était un sujet d’étonnement et d’horreur pour les Vitiens eux-mêmes… Ra-Vatu, le fils de ce cannibale, se promenant un jour au milieu de  ses domaines héréditaires avec le missionnaire que l’avait converti au christianisme, montra à son compagnon des rangées de pierres placées là pour indiquer le nombre de corps humains que Ra-Undreundu avait dévorés. On eut la curiosité de les compter, et il s’en trouva huit cent vingt-deux. Ra-Vatu affirma que son père avait seul mangé tous ces corps, sans jamais admettre aucun convive à ses affreux festins…« 

Gargantua n’était en vérité qu’un petit mangeur auprès de ce cannibale polynésien. 

S’il fallait tracer l’histoire du cannibalisme en Afrique, nous n’en finirions pas. La plupart des explorateurs ont rapporté là-dessus des détails horribles. Le docteur Schweinfürt a vu chez les Niams-Niams cet épouvantable tableau : 

« Sous un éblouissant soleil de midi, dit-il, entre deux cabanes dont les portes étaient ouvertes, en face l’une de l’autre, un enfant nouveau-né et mourant gisait sur une natte. A la porte de  l’une des cabanes, un homme jouait tranquillement de la mandoline; à l’autre porte, une vieille femme, au milieu d’un groupe de jeunes garçons et de jeunes filles, coupait et préparait des gourdes pour le souper. Une chaudière, pleine d’eau  bouillante, était toute prête : on n’attendait que la mort de l ‘enfant, dont le cadavre devait servir au plat principal... » 

Depuis l’époque où l’explorateur allemand parcourut l’Afrique, il est vrai que la civilisation européenne a pénétré jusqu’au cœur du continent noir. Les pratiques  barbares reculent et s’effacent peu à peu devant elle, et le jour est prochain, sans doute, où l’anthropophagie, si elle n’a point disparu complètement, n’existera plus qu’à l état d’exception et comme le souvenir d’un horrible passé. 

Or, voici qui est singulier : C’est à l’heure où ces mœurs horribles disparaissent que la science semble les justifier. Je m’explique :

D’après une théorie de deux savants allemands, MM. E. Fischer et Abderhalden, théorie basée sur de nombreuses expériences, il est admis aujourd’hui par la physiologie que la chair qui est le plus complètement assimilée par un animal carnivore n’est autre que la chair des animaux de même espèce. Il est prouvé que, dans ces conditions, la digestion s’accomplit le plus rapidement et avec le minimum de déchets. Des savants français ont fait à ce sujet des expériences qui confirment la théorie des savants allemands. Ils ont  pris des grenouilles, ont nourri les unes avec du veau et les autres avec de la chair de grenouille, et ils ont constaté que dans un même temps, ce sont ces dernières qui ont augmenté de poids. Et pourtant nul n’ignore que la chair de la grenouille contient moins d’albumine que celle du veau. Ils ont donc conclu à la justesse de cette théorie. 

En conséquence de ces constatations physiologiques, la chair de l’homme doit être pour l’homme celle qui se digère le plus facilement, celle qui, pour employer une expression populaire qui traduit bien la pensée « profite » le plus. C’est la chair la mieux adaptée, la mieux assimilée parce que c’est celle qui fournit les éléments les plus semblables à ceux des tissus. 

Et voilà comment, à l’heure où la civilisation supprime l’anthropophagie, la science physiologique la justifie et en fait, en quelque sorte, l’apologie. 

Jean Lecoq. 1923.

Les Aïnos

Publié le Mis à jour le

 ainos

Sa Majesté impériale nippone n’a pas uniquement pour sujets les petits hommes jaunes qui viennent d’infliger aus Russes de si sanglantes défaites. Le nord du Japon et la partie septentrionale de Sakhaline sont habités par les Aïnos, qui diffèrent totalement des Japonais, dont ils semblent avoir été les prédécesseurs dans ce pays.

Bien que l’on ait écrit beaucoup de choses sur les Aïnos, le grand public connaît généralement assez mal ce peuple, qui, d’ailleurs, est en voie de disparition, et tout ce que l’on sait d’eux, le plus souvent, c’est qu’ils ont un système pileux extrêmement développé, et qu’ils sont plus qu’à demi-sauvages.

Le docteur Michaut, de Yokohama, dans un intéressant mémoire adressé à la Société d’Anthropologie, fait tout d’abord remarquer que, si les Aïnos se distinguent au premier abord par cette particularité d’être couverts de longs poils sur tout le corps, cette pilosité accentuée ne leur est pas absolument spéciale, bien qu’elle soit rare parmi les « races humaines ». Dall, par exemple a fait connaître la tribu des Ekogmuts, vivant dans l’extrême nord-ouest du continent américain, et dont le corps serait entièrement velu. Il en est de même des Kubus qui habitent l’intérieur de Sumatra et de Bornéo, ainsi que des Todas, étudiés aus Indes par Quatrefages, et des Monboutous, dont Stanley, qui les a rencontrés au centre de l’Afrique, décrit l’aspect simien et le corps entièrement couvert de poils frisés, Exceptionnellement aussi, on trouve dans la « race blanche » des hommes vêtus, et le docteur Félix Regnault signale, entre autres, qu’il a observé à Paris un homme qui, non seulement avait les oreilles et tes joues couvertes de poils, mais était encore forcé de se raser le nez, ainsi que deux femmes portant de larges placards de poils longs et bruns à la partie inférieure des omoplates et à la base des dernières côtes.

La surabondance du système pileux qui caractérise les Aïnos est expliquée par les Japonais d’une façon tout au moins originale. Ils prétendent qu’autrefois vivait chez eux un certain prince Kamouï, qui avait pris l’habitude de faire partager son lit à ses filles aussitôt qu’elles atteignaient l’âge adulte. L’une d’entre elles, pourtant, qui était parée (?) d’une épaisse forêt de poils, lui déplut si fort qu’il l’exila de ses Etats. La princesse se réfugia dans une barque, qui, poussée par le vent, prit le large. Elle emmenait avec elle un gros chien, à l’aspect terrifiant, et qui, couvert de poils longs et raides, ressemblait à un ours. Il est probable que la princesse ne manquait pas de tempérament, car elle écouta les aboiements galants de son compagnon, et quand, après de longs mois, la barque aborda dans une île sauvage, elle mit au monde un fils et une fille velus comme des bêtes, qui furent les ancêtres des Aïnos.

Les anthropologistes, gens peu enclins à croire aux légendes, estiment, par contre, qu’il faut surtout se souvenir que les enfants venus avant terme sont, le plus souvent, couverts de poils et qu’il est possible d’admettre une persistance de la pilosité chez quelques sujets, lesquels ont pu fixer par mariage cet accident pour en faire un caractère de « race ».

Les Aïnos se marient toujours entre parents. Cette insouciance de la consanguinité ne se retrouve que chez des peuples « sauvages », comme les Andamanites, les Vedahs, certains Polynésiens, etc. Les unions avec les Japonais sont extrêmement rares, et, contrairement à l’opinion de Quatrefages, il est exceptionnel de trouver des métis de ces deux « races ».

Sur le chapitre de la pudeur, les femmes aïnos sont d’un rigorisme absolu. Elles rendraient des points aus Européennes les plus farouches, et font tout le possible pour dissimuler leur corps à tous les regards. C est au point même que, lorsqu’elles ont à allaiter leurs enfants, elles ne manquent jamais de couvrir leur sein d’un épais morceau d’étoffe. C’est là un fait qui les différencie nettement des Japonaises, qui, elles, n’éprouvent aucun embarras à sortir la poitrine nue et à se baigner en commun avec les hommes. Du reste, le mot pudeur n’a pas d’équivalent dans la langue nippone.

Les Aïnos sont surtout un peuple de pêcheurs et de chasseurs, et, chez eux, l’agriculture n’est que médiocrement en honneur. Ils se nourrissent des animaux et des poissons qu’ils capturent, de fruits sauvages, de racines qu’ils font bouillir ou cuire sous la cendre. Leurs repas ne se font jamais à des heures réglées, mais chacun mange quand il en éprouve le besoin et quand il en trouve l’occasion. D’après le docteur Regnault, ils sont, de plus géofages, à l’exemple de certains « sauvages » de l’Amérique du Sud, et mangent une sorte de terre blanche et graisseuse à laquelle ils font subir, au préalable, une assez longue macération.

Les idées religieuses ont beaucoup de force chez eux. Ils implorent la divinité pour lui demander la guérison des maladies qui frappent leurs proches, et toute leur médecine consiste en des prières et en des incantations. Quand une femme accouche, elle se rend au bord de la mer, immédiatement après sa délivrance, et y lave longuement son enfant. C’est à cela que se bornent les soins post partum; aussi la mortalité infantile est effroyable.

Ces quelques détails montrent que les Aïnos sont demeurés dans un état vraiment sauvage. C’est un peuple qui n’a pas eu d’histoire, mais qui, pour cela, n’en a pas été plus heureux. Repoussés par les Japonais d’une part, par les Russes et les pêcheurs américains de l’autre, ils voient d’année en année leur nombre décroître, et le consul allemand d’Hakodaté estimait dernièrement à 20 000 au plus le nombre actuel des hommes velus de Sakhaline.

Francis Marre. « Revue du traditionnisme français et étranger. » Paris, 1906.