procureur

La poste à Paris en 1653

Publié le

facteur

Tous ces jours-ci, les journaux enregistrent des plaintes contre la difficulté et les lenteurs postales à Paris où l’on a pourtant des tubes pneumatiques et des téléphones. Il n’est pas sans intérêt à ce sujet de signaler un règlement sur la poste parisienne de 1653. Paris était alors réputé comme la ville la mieux organisée de l’Europe sous ce rapport.

Le règlement vise les lettres écrites d’un quartier de Paris à un autre avec une réponse payée que le facteur rapportait à la personne qui avait écrit. On attachait à la lettre un billet de retour. Un commis apportait la lettre à destination, attendait la réponse et la rendait au premier expéditeur. Le prix de ces billets avec retour port payé était d’un sou marqué; on les vendait au palais, bureau du commis général, chez les tourières des couvents, chez les portiers des collèges et communautés et chez les geôliers des prisons.  

Le règlement du 8 août 1653 porte: « Les solliciteurs sont avertis de donner quelque nombre de ces billets à leurs procureurs et à leurs clercs, afin qu’ils les puissent informer à tous moments de l’état de leurs affaires, et les pères à leurs enfants qui sont au collège ou en religion, et les bourgeois à leurs artisans. »

Voilà un genre de lettres qui n’existe plus aujourd’hui, mais qu’on devrait bien rétablir. Ce serait assurément un progrès d’en revenir à 1653 sur ce point.

 « Gazette anecdotique, littéraire, artistique et bibliographique. »  Paris, 1892.
Publicités

Vieille connaissance

Publié le Mis à jour le

Henri-Testelin

Jean-Baptiste Colbert, étant jeune, fut mis en pension pendant deux ans chez un procureur au Châtelet appelé Biterne. Le procureur avait une jolie fille, appelée Barbe. On l’appelait dans la maison dame Barbe. Elle fut mariée avec M. Colletet, autre procureur au Châtelet. Elle allait souper chez son père tous les dimanche et fêtes, et après souper, on la ramenait chez son mari. C’était ordinairement M. Colbert qui lui faisait cet office, lequel avait quelque inclination pour elle.

M. Colbert ayant ensuite passé par divers emplois, et étant enfin devenu ministre d’État, ayant le département des finances, dame Barbe maria une de ses filles a un homme qui avait à solliciter chez le Roi (Louis XIV) un remboursement de quinze à seize mille livres. On voulut obliger dame Barbe d’employer son crédit auprès de M. Colbert pour avoir ce remboursement. Elle ne voulait pas le faire, prétendant que M. Colbert qui était un marmot lorsqu’il était en pension chez son père, ne se souviendrait pas d’elle, ayant vu tant d’autres affaires depuis. Mais enfin elle y consentit, et lui alla présenter un placet.

Toutes les fois qu’elle se présentait devant lui à l’audience, M. Colbert se tournait de l’autre côté et la rebutait par ce moyen. Enfin l’audience étant finie, et ne restant plus que dame Barbe à expédier, M. Colbert se voyant seul avec elle, mettant ses deux mains à ses côtés, lui dit : 

Hé quoi ! dame Barbe; est-ce que vous croyez que je ne vous connois pas ? Pensiez-vous que je  voulois me fermer à votre souvenir ?

Il lui demanda comment elle se portait, voulut savoir l’état de toute sa famille, et prenant ensuite son placet avec les pièces y attachées, il lui promit de faire ce qui dépendrait de lui pour lui donner satisfaction. Quatre ou cinq jours après, il envoya à dame Barbe un arrêt du Conseil qui ordonnait le remboursement de la somme demandée, et une ordonnance de comptant au trésor royal.

Dame Barbe, autrement Madame Colletet, vit encore. Elle demeure à Paris dans le cloître Saint-Benoist avec son fils qui y est chanoine…

« Revue nobiliaire, héraldique et biographique. »  Paris, 1865.
Illustration : « Colbert présente à Louis XIV les membres de l’Académie Royale des Sciences créée en 1667. » Peinture de Henri Testelin.

 

Les mollusques de Sa Majesté

Publié le

 huitres-peinture

Rappelons que le Vert-Galant était, pour le moins, un aussi intrépide avaleur d’huîtres, qu’un rude jouteur au jeu de l’amour et du hasard. Il y a là-dessus une bien savoureuse anecdote, rapportée dans le journal de l’Estoile, et que vous voudrez bien me laisser vous conter.

Chassant un jour vers Gros-Bois, Sa Majesté se déroba de sa compagnie et revint sans escorte à Créteil sur l’heure du dîner. Il descend à l’hôtellerie et demande à manger, mais il ne reste plus rien. Avisant alors une magnifique bourriche d’huîtres, le roi s’informe pour quel mortel heureux est ce précieux régal. L’hôtesse répond brusquement que c’est pour des procureurs qui se trouvent en haut.

Henri IV, que l’hôtesse prend pour un simple gentilhomme, charge celle-ci de dire aux procureurs qu’un honnête gentilhomme les prie de lui céder une seule douzaine d’huîtres pour de l’argent, et de vouloir bien l’accommoder du bout de leur table, ce qu’ils refusèrent tout à plat, disant que pour le regard des huîtres, il n’y en a pas trop pour eux . Le roi, continue l’Estoile, en son langage d’un charme archaïque, ayant entendu cette réponse, envoie quérir le sieur de Vitry, qui arrive avec dix autres seigneurs. Après avoir conté sa déconvenue et la vilenie de ces messieurs procureurs, Sa Majesté ordonna qu’ils fussent saisis, menés à Gros-Bois, et là très bien étrillés et fouettés, pour apprendre à être plus courtois à l’avenir à l’endroit des gentilshommes.

Le Vert-Galant put ainsi à loisir satisfaire son caprice.

« La Médecine internationale. »  Paris, 1906.
Illustration : Willem Claeszoon Heda.

Il abuse quand même le procureur !

Publié le Mis à jour le

jugement

En arrivant au pontificat, Sixte-Quint s’était promis de réformer, même par les moyens les plus violents, de nombreux abus que ses prédécesseurs sur la chaire de saint Pierre avaient laissés s’établir dans l’Etat romain.

Un simple citoyen vint un jour se plaindre à lui des délais interminables et en même temps fort coûteux qu’un procureur mettait à faire juger un procès qui était dans ses mains depuis de longues années, avec renouvellement perpétuel des frais.

Sixte-Quint fit appeler le procureur et lui enjoignit d’avoir à faire terminer l’affaire dans les trois jours.

Elle fut jugée le lendemain, et le procureur pendu dans l’après-midi.