psycho-sociologues

L’idole de la  jeunesse américaine 

Publié le

public-elvis presleyComment luttez-vous, en France, contre Elvis Presley ? Des centaines de fois, aux États-Unis, cette question m’a été posée par les Américains que je rencontrais pour la première fois. 

Qui donc est cet Elvis Presley inconnu hier encore et aujourd’hui au faîte de la célébrité ? Par quel pouvoir magique transporte-t-il les jeunes à un degré d’exaltation qui frise l’hystérie ? Sur son cas, l’opinion américaine est divisée. Si les adultes ne se bornent à juger le roi du Rock N’ Roll qu’à travers les ravages de sa stupéfiante popularité, les jeunes, eux, sont intarissables sur leur idole. 

Elvis Presley est certes un cas peu banal. Chauffeur de poids lourd parfaitement inconnu, il décida à 18 ans de changer de personnalité pour s’élever au-dessus de sa condition. De petit chanteur de campagne qu’il était il battit en moins de 2 ans tous les records de vente de disques et, après avoir conquis la radio et la T.V., il vient de terminer son premier film à Hollywood. Ses chemises de velours, ses longs favoris, son style trépidant et son talent lui rapportent actuellement 1 million de dollars par an. elvisTous ceux qui l’ont approché sont unanimes à reconnaître qu’il est d’un naturel doux et timide, parfaitement conscient de ses limites, ne se sentant réellement à l’aise que sur scène ou parmi ses intimes. On ne l’a jamais vu fumer ou boire et on le dit très attaché à sa mère. Les psycho-sociologues affirment (comment les contredire ?) que le phénomène Presley a surgi à son heure. D’après eux, 10 ans plus tôt, la jeunesse l’aurait rejeté. Quoi qu’il en soit, ce garçon de 21 ans s’est taillé un chemin, dans la jungle hostile de la capitale du cinéma. 

Son succès durera-t-il ? Déjà une autre étoile monte au ciel des vedettes : Pat Boone. Signe infaillible de sa popularité : la vente de ses disques est en passe d’égaler celle d’Elvis Presley. Les supporters de ce dangereux concurrent estiment que le roi du Rock N’ Roll s’habille mal, est vulgaire et manque de culture. Alors que Pat…

 « La Cité : revue de la Cité universitaire de Paris. » Paris, 1957.