Raimu

Colères

Publié le Mis à jour le

vera cruz

Concordat

Les colères de Napoléon étaient terribles, mais souvent étudiées. L’homme savait jouer des effets de terreur qu’il produisait pour arracher à ses interlocuteurs des acquiescements difficiles.  On se souvient de la scène qu’il fit au pape, qu’il avait amené à Fontainebleau, pour l’obliger à signer le concordat. Pendant une heure, il se montra séduisant et persuasif. Le pontife ne dit rien et laissa tomber ce seul mot : Comediante !napoleon pape concordatAlors l’empereur explosa et, pendant une heure, tonna. Le pape l’écouta sans mot dire et laissa encore tomber un mot : Tragediante ! 

Prétexte

C’est une colère qui valut à la France l’Afrique du Nord. Le dey d’Alger, recevant notre ambassadeur, qui le pressait de régulariser ses relations avec le royaume, s’emporta et le gifla avec son éventail (ou avec un chasse-mouches, selon une autre version).affaire de l'éventailPour venger cet affront, Louis-Philippe décida la conquête. C’est ainsi que l’Algérie devint française.

Colère et calcul

Raimu, qui témoigne en ce moment à la Comédie-Française une patience d’Ange, fait au studio une scène à l’heure. Tout lui est prétexte pour s’emporter : une porte qui ferme mal, un curieux qui glisse un œil sur le plateau.raimuCes colères, souvent savantes, lui procurent une tranquillité que les autres artistes ne peuvent obtenir par gentillesse, en même temps que maintes concessions de ses producteurs. 

Acteurs dans la bagarre

Il est des acteurs, qui trouvent dans la colère la meilleure expression de leur tempérament.gabin cagney beeryJean Gabin a exigé longtemps, par contrat, une colère par film, pour qu’il pût faire valoir tous ses effets. De même, James Cagney, le cogneur, refusait de jouer dans une production si le scénario ne comportait pas une bagarre. Wallace Beery s’est fait une spécialité de rôles colériques. Sa première fureur cinématographique avait fait doubler son contrat. Dans la vie c’est le plus doux des hommes. 

Honorable colère

Le général de Gaulle est célèbre pour ses colères froides. Elles lui suggèrent des mots terribles.charles de gaulle discoursMais les colères de de Gaulle sont des manifestations de caractère. Jamais le président du gouvernement provisoire ne s’irrite contre les choses ou les événements. Il a connu, pendant les quatre ans de sa lutte obstinée des traverses innombrables et les contretemps les plus agaçants. Ses avions sont tombés en panne, pendant des journées entières, alors qu’il était impatiemment attendu. En face du mauvais sort ou de l’adversité, de Gaulle conserve toujours un calme imperturbable. Il ne se met en colère que contre les hommes faibles, incapables ou perfides.

Le chef du gouvernement est un monsieur « pas commode ». Mais ses emportements ou ses ressentiments sont toujours ceux d’un homme.

« La Femme : hebdomadaire illustré des femmes de la libération nationale. »  Directrice Lucie Aubrac; rédactrice Eliane d’Orniel. Paris, 1946.

Publicités

Ton univers impitoyable

Publié le

vautier

Les artistes reçoivent beaucoup de lettres. On leur demande des photos, des autographes, on les interroge sur leurs rôles, on leur demande des précisions sur les films qu’ils doivent tourner. On leur pose aussi parfois des questions embarrassantes, des questions imprévues et souvent saugrenues.

A Loretta Young, une demande en mariage se terminait par ces mots : Dans le cas où ma proposition ne vous agréerait pas, veuillez être assez aimable pour en faire part à Mlle votre soeur, qui me plaît également beaucoup. A l’exquise divette Germaine Roger, un étranger demanda : Etes-vous amoureuse de vos partenaires ? Au jeune premier Joel Mac Crea : Que portez-vous quand vous prenez un bain de soleil ? La réponse fut : Un pardessus en poil de chameau. Et  cette autre que reçut Lucien Baroux : Cher monsieur, je vous ai souvent vu au cinéma. J’ai dix-sept ans et je suis blonde. Dois-je me faire faire « la permanente » ? A Ginger Rogers, âgée de vingt ans, on écrivit pour lui demander si elle était la mère de Buddy Roggers, trente-cinq ans.

enfants-du-juge-hardy

Georgius se vit poser la série de questions suivantes, dont l’ensemble constitue un bel assortiment, et cela pour la même personne : Portez-vous des caleçons courts ou longs ? Comment préférez-vous les pommes de terre ? Quelle est votre couleur favorite pour une voiture ? Jim Gerald estime, lui, que la plus saugrenue des questions que l’on puisse lui poser est celle de faciliter l’accès de la profession de comédien à un nouveau venu. Autant offrir à un agneau de partager sa couche avec le loup !

Duvallès a plutôt ri jaune quand on lui a demandé quel maquillage il se mettait sur la figure pour avoir un teint d’âne. Or, Duvallès tourne sans se maquiller ! La jolie Blanche Montel eut bien peur quand elle reçut la missive suivante :L’esprit de ma mère me commande de vous épouser. Je vous attends demain à Lyon. Le plus ennuyeux était qu’elle fut en butte aux avances de ce demi-fou pendant un mois.

raimu

A Laurel et Hardy, l’on demanda s’ils dormaient ensemble avec leur femme au milieu ou aux extrémités du litRaimu n’a jamais pu digérer cette question que l’on posa un jour à sa femme : Est-il exact que votre mari soit interné comme fou et ne soit remis en liberté que pour tourner ?

Robert Frankel. « Ciné-miroir. » Paris, 1940. 

Le squatteur

Publié le Mis à jour le

raimu

Un jour, Raimu, qui se reposait à Bandol, reçoit la visite d’un ami.

Comme le visiteur s’attarde et ne semble pas vouloir s’en aller, Raimu, ayant regardé sa montre qui va bientôt marquer dix-neuf heures :

— Alors, tu dînes ici ce soir ?

L’interpellé demeure quelques secondes étonné. Quoi, serait-ce une invitation à dîner ?

Mais Raimu, immédiatement, le rassure.

— Parce que, si tu veux dîner ici, je peux t’indiquer un très bon restaurant, pas très loin et pas trop cher, malgré la dureté des temps !

« Almanach / Ciné-miroir. »Paris, 1945.