revendications des travailleurs

Allumeurs de réverbères

Publié le

allumeur de réverbèresLes pauvres diables trouvent qu’ils ne sont guère payés, pour la besogne qu’ils font. Chacun d’eux a 75 lanternes à allumer, éteindre et nettoyer, sans compter le lavage des candélabres.

En été, ils commencent leur tournée à 8 heures 45 du soir, mais, l’hiver venu, ils doivent se mettre en route dès 4 heures. L’extinction varie comme l’allumage. Si, en été, ils achèvent assez tôt, quand se lève le soleil, en hiver, leur tournée ne se termine guère qu’à huit heures du matin. allumeurs de réverbèresEt pour cela, ils touchent 108 fr. 70 par mois, pour débuter : 113 fr. 70 quand ils sont de deuxième classe et 118 fr. 70 quand ils sont de première classe. Il faut ajouter que presque tous exercent quelque petit métier qui grossit leur budget. 

Mais, enfin, peut-être ont-ils quelque droit à demander une augmentation de traitement; et ils vont se syndiquer pour l’obtenir.

« Touche-à-tout. » Paris, 1904.

Publicités