Sagesse

La barbe

Publié le

bud-spencer

Reportons-nous de quelques milliers d’années en arrière. Au moment où l’homme sortait de l’animalité, moment bien solennel, il n’avait pas de barbe. Il n’avait pas de barbe pour cette simple raison que son corps était uniformément couvert de poils. Pour qu’une barbe soit une chose bien définie, il faut qu’elle ait des frontières. Si tout est barbe, rien n’est barbe.

Je ne suis pas très ferré sur la préhistoire : mais tout me porte à croire que, durant des millénaires, les poils humains tombèrent comme des mouches. Le fait est qu’il y a de vieilles statues grecques qui sont sans poils. Autrement, dit, ces statues représentent de jeunes hommes et de jeunes femmes imberbes. Mais, aujourd’hui, on rencontre encore beaucoup d hommes barbus. Et ce simple fait doit déjà nous rendre prudents : le problème de la barbe est sans doute plus complexe qu’on ne le suppose. La barbe a eu peut-être des périodes de décadence et des périodes de recrudescence.

Pour les journalistes, dignes de ce nom, les barbes, comme les bottes, sont avant tout des choses qui font penser. Le problème de la barbe se rattache à tous les autres problèmes. Contentons-nous de l’étudier oh ! très brièvement au triple point de vue de l’âge, du sexe et de la religion.

Le nouveau né n’est jamais barbu. Et pourtant, il est plus fragile que l’adulte. La barbe n’est donc ni un vêtement,ni une cuirasse. Peut-être la Nature a-telle compris que les nourrices seraient intimidées par les barbes précoces de leurs nourrissons.

Aujourd’hui, la barbe est l’attribut de l’homme. La femme à barbe se raréfie de plus en plus. Mais il fut un temps où, pareille à toutes ses compagnes, elle devait ne pas attirer l’attention des badauds. Pourquoi le menton féminin s’est-il peu à peu différencié du menton masculin ? Je n’en sais rien. Il est d’ailleurs bon que la mère de famille, toujours penchée sur ses casseroles, ait l’habitude de porter la barbe derrière la tête. 

Les lois de la nature sont partout les mêmes. Partout l’homme doit détendre son jardin contre l’envahissement des mauvaises herbe. Cela n’empêche pas qu’il y a des peuples à barbes et des peuples à mentons glabres. C’est que tous les peuples ne sont pas également religieux. L’homme respectueux qui s’interdit de rien changer à l’ordre universel, laisse pousser sa barbe. Se raser est le fait d’un individu que s’affranchit, qui se permet de corriger l’oeuvre du Créateur. Je me hâte de dire que, dans sa lutte contre la nature, cet audacieux finira par être vaincu. Pendant cinquante ans, il repoussera les attaques de l’adversaire. mais un jour le rasoir lui tombera des mains. Et il entrera dans l’Au-delà avec une barbe de quarante huit heures.

Aujourd’hui, le problème de la barbe se présente sous un aspect nouveau. Les hommes qui se rasent se comptent par centaines de millions. Que notre contemporain soit barbu, ou qu’il ne le soit pas, c’est qu’il l’a bien voulu. Qu’est-ce qui explique son choix ? Là est la question. 

On a défini Tristan Bernard :  » Une barbe derrière laquelle il se passe quelque chose ». Hélas ! nos concitoyens barbus ne ressemblent généralement pas à Tristan Bernard : ce sont des barbes derrière lesquelles il ne se passe rien du tout. Très longtemps, j’ai vu dans la belle barbe de certains quinquagénaires le signe de la sagesse, et il m arrive encore de prendre au sérieux, lorsqu’il a une barbe, le monsieur qui, dans un café, lit gravement son journal en face de moi.Mais, le plus souvent, s’il a le malheur d’ouvrir la bouche, je reconnais mon erreur. Les barbes sont des décorations qui ne prouvent rien.

Il y a des barbes majestueuses derrière lesquelles se cache une mâchoire trop forte, ou bien un menton tout-à-fait insuffisant. L’homme barbu ne se montre pas tel qu’il est…

Fred. « Le Madécasse. » Tananarive, 1932.

 

Publicités

La sagesse du magistrat

Publié le

jugement-salomon

S’il est vrai que l’histoire sans cesse se recommence et que les mêmes faits se reproduisent à l’infini, il faut tout de même convenir que les choses ne se présentent jamais sous un aspect semblable, et que depuis les premiers âges, elles se sont un peu compliquées.

Témoin l’aventure de ce magistrat de l’Etat de Géorgie qui, tout pénétré des enseignements de la Bible, voyait se présenter dernièrement devant lui deux femmes apportant un bébé de six mois, chacune soutenant que c’était son enfant.

Tel un nouveau Salomon, le juge déposa l’enfant sur la table et, saisissant un couteau, fit le grand geste de le couper en deux pour en donner la moitié à chaque femme.

« Non ! non !  s’écrièrent à la fois les mères rivales, ne faites pas cela, gardez plutôt le pauvre petit. »

Puis elles se sauvèrent à toutes jambes. L’honorable magistrat, avec l’enfant sur les bras, lui cherche maintenant une troisième mère. Ce qui prouve que la sagesse de Salomon ne suffit plus aujourd’hui.

« Ma revue. » Paris, 1907.

L’empereur Dom Pedro

Publié le

dom-pedro

M. R.-K. Beer raconte dans le Sun de Baltimore une anecdote qui jette une curieuse lumière sur la physionomie à tous égards si intéressante et si sympathique de l’empereur Dom Pedro.

Le souverain le plus philanthrope qui ait jamais tenu un sceptre voulait bâtir dans sa capitale un hôpital modèle. Malheureusement les ressources dont il pouvait disposer ne répondaient pas à ses bonnes intentions. Les maigres revenus de la cassette impériale étaient absorbés d’avance, le budget de l’Etat, le budget de la province, le budget municipal étaient en déficit, et tant d’emprunts avaient été contractés pour des gaspillages de toutes sortes qu’il ne fallait pas songer à demander aux assemblées grandes et petites de l’argent pour une entreprise utile.

L’Empereur fit appel à la charité des riches Brésiliens : une souscription fut  ouverte, pas un milreis ne fut apporté au trésorier de l’oeuvre.

Pour réparer cet échec, Dom Pedro prit un parti héroïque. Il se mit à vendre des décorations. Aussitôt des demandes affluèrent de toutes parts. Une pluie de Croix-du-Sud, de Croix-de-la-Rose, de Croix-du-Christ, de Saint-Benoît-d’Avis et de Saint-Théodoric s’abattit sur les boutonnières des planteurs, des financiers et des industriels assez riches pour donner à prix d’argent carrière à une passion également répandue dans l’ancien et le nouveau monde.

Quelques décamètres de rubans de toutes les couleurs auraient probablement suffi pour payer la construction de l’hôpital, mais ce n’était pas assez d’assurer le présent, il fallait songer à l’avenir de l’entreprise. L’Empereur donna de l’extension à son commerce : tout Brésilien millionnaire dont les antécédents n’étaient entachés d’aucun souvenir rédhibitoire put devenir, à son gré, comte, vicomte ou baron, suivant la quotité de l’offrande qu’il jugeait à propos d’inscrire sur la liste de souscription.

Ce n’était pas de la noblesse d’épée ou de robe, c’était de la noblesse d’hôpital. La nouvelle féodalité créée de toutes pièces par Dom Pedro ne se distinguait de l’ancienne que par une seule restriction : les héritiers des titres acquis à beaux deniers comptants ne devaient avoir dans la suite le droit de les porter qu’à la condition de verser au profit de l’oeuvre une somme égale au prix d’achat consigné dans l’acte d’investiture.

Grâce à ces combinaisons ingénieuses qui assuraient à la fois le présent et l’avenir de l’oeuvre, il fut possible à l’Empereur de construire, non pas un hôpital, mais un véritable palais pour les pauvres et les malades de sa capitale.

La Révolution n’a pas encore eu le temps d’effacer l’inscription que le souverain a fait graver sur le fronton de l’édifice : 

VANITAS HUMANA — MISERIE HUMANE 

Cette anecdote fait peut-être plus d’honneur à la générosité du philanthrope qu’à la sagesse de l’homme d’Etat.

G. Labadie-Lagrave. « Journal du dimanche. » Paris, 1896.

Collecte

Publié le

paul-verlaine

Paul Verlaine ne dédaignait pas d’aller placer lui-même sa copie dans certains journaux, mais hélas ! le pauvre poète ne sut jamais compter.

Un jour, le Gil Blas avait reproduit un sonnet de Sagesse. Verlaine tout joyeux prit une voiture pour aller toucher ce qui lui revenait. A raison d’un sou la ligne, la somme, en comptant le titre et la signature, se montait à 80 centimes. Verlaine revint furieux.

Avec un bock que j’ai pris et la course, j’y suis de ma poche ! Désormais je ne lâche plus un seul sonnet à moins de cent francs.

Une autre fois il alla porter un poème à la revue Art et Critique. On lui proposa cinq francs qu’il accepta et qui lui furent payés immédiatement. Le lendemain il revenait, la mine courroucée :

Monsieur, dit-il au secrétaire de la rédaction, vous m’avez donné hier une pièce fausse, ce qui est fort désagréable.
— Cher Maître, qu’à cela ne tienne, en voici une autre, et qui, celle-là, est de bon aloi. Croyez à tous mes regrets pour une erreur certes bien involontaire.

Verlaine fit passer négligemment la pièce dans la poche de son gilet, puis on causa littérature. Le poète se disposait à prendre congé lorsque le secrétaire de rédaction lui demanda timidement ce qu’il avait fait de la pièce fausse.

Eh parbleu, répondit Verlaine avec une candeur charmante, je l’ai passée et je vous assure que cela n’a pas été sans peine.

Et soulevant son feutre avec une dignité hautaine, il gagna la porte et disparut.

« Le Monde illustré. » Paris, 1936.