seigneur

Le vieux cheval

Publié le Mis à jour le

charles-d-anjouCharles, roi de Naples, rendait tous les jours, la justice à ses sujets, assisté de ses ministres et de ses conseillers. Dans la crainte que les gardes ne fissent pas entrer les pauvres, il avait fait placer, dans la salle même où il donnait ses audiences, une sonnette dont le cordon pendait hors de la première enceinte.

Un vieux cheval, abandonné de son maître, vint se frotter contre le mur, et fit sonner :  

Qu’on ouvre, dit le roi, et faites entrer.
Ce n’est que le cheval du seigneur Capece, dit le garde en rentrant.

Toute l’assemblée éclata de rire.

Vous riez, dit le prince, sachez que l’exacte justice étend ses soins jusque sur les animaux. Qu’on appelle Capece.

Ce seigneur étant arrivé, le roi demande :

Qu’est-ce que c’est que ce cheval que vous laissez errer ? 
Ah ! mon prince, répond le cavalier, il a été un fier animal dans son temps : il a fait vingt campagnes sous moi. Mais enfin il est hors de service, et je ne suis pas d’avis de le nourrir à pure perte.
Le roi mon père vous a cependant bien récompensé.
Il est vrai, j’en suis comblé.
Et vous ne daignez pas nourrir ce généreux animal, qui eut tant de part à vos services ? Allez de ce pas lui donner une place dans vos écuries, qu’il soit tenu à l’égal de vos autres animaux domestiques. Sans quoi je ne vous tiens plus vous-même pour loyal chevalier, et je vous retire mes bonnes grâces.

Jean-Baptiste Blanchard. « L’école des moeurs, ou Réflexions morales et historiques sur les maximes de la sagesse. » Lyon, 1798.

A l’exemple des patriarches

Publié le

adam-eve-paradisUn fermier américain du nom de S.-P. Duismoor conçut, nous conte Pierre Sée, l’idée, incontestablement peu banale, de construire un paradis terrestre dans le Kansas, sur le modèle de l’Eden, décrit dans les livres saints.

Il mit trente ans, un peu plus que l’Eternel nécessairement, à débrouiller son petit chaos particulier. Et quand il eut édifié son paradis, il s’en proclama l’Adam. Il ne lui manquait plus qu’une Eve. Malheureusement il avait perdu un peu de temps en jardinage et travaux d’ornementation et il s’aperçut qu’il avait alors quatre-vingt-un ans.

C’était un peu mûr pour une gentille voisine. Néanmoins, l’idée d’être maîtresse en ce paradis (peut-être aussi d’y rencontrer le serpent) fit qu’une Eve, jeune et jolie se présenta. Le mariage eut lieu. Il vient de porter ses fruits. Ce n’est pas une pomme, mais un petit homme, joufflu, fessu et rose comme les anges du Paradis d’en haut.

Le Seigneur fut reconnaissant à Duismoor et, en sa bienveillance, voulut que son âge ne trompât point sa généreuse envie.

Vous pensez si tout le monde parle de ça dans le Kansas !… Les méchantes langues vont même jusqu’à attribuer au malin (ou au tout autre tentateur) cette naissance assez exceptionnelle.

Cependant Abraham créa un précédent.

Félicitons toujours Duismoor.

« Comoedia. »  Paris, 1927.

La légende de la huppe

Publié le Mis à jour le

huppe-Gérard-JOYON

La huppe, oiseau commun dans nos pays, de la famille des passereaux, est un insectivore migrateur; qui rôde sans cesse sur le sol à la recherche des insectes qui lui servent de nourriture. Elle nous arrive vers les premiers jours d’avril, niche chez nous dans les pays de plaines humides, et nous quitte aux premiers jours d’automne.

La huppe doit son nom à une double rangée longitudinale de longues plumes rousses avec une pointe noire qui surmontent sa tête. Sa taille est à peu près celle du merle, la couleur générale du corps est un gris rougeâtre, la queue est noire avec une bande transversale blanche. Les ailes sont rayées de noir et de blanc, le bec noir est très long, arqué, se recourbant en-dessous par la pointe. En somme l’aspect de la huppe est élégant, original, mais ce bel oiseau a dans nos campagnes une réputation étrange dont est venu un proverbe populaire : « Malpropre comme une huppe », dit-on communément et cette comparaison s’explique par la façon dont l’oiseau se conduit à l’époque des nichées.

Contrairement à la généralité des oiseaux qui ont le plus grand soin de garder leur nid en un état d’extrême propreté, la huppe (qui le place d’ordinaire dans un creux d’arbre ou de rocher) le tapisse d’abord de fiente, de fumier, puis quand les petits sont nés, y laisse s’accumuler leurs déjections, les siennes, et les débris d’insectes qu’elle apporte. De telle sorte que bientôt ce réduit devient un lieu absolument infect dont l’odeur s’imprègne fortement dans le plumage des jeunes et des parents. Les rustiques, qui, à cause de cette infection normale ont donné à la huppe le surnom de puput, ont une légende sur cette particularité.

Ils disent qu’à l’époque de la création des oiseaux, le bon Dieu fit donner à tous l’ordre de venir s’entendre avec lui sur la nature des matériaux qu’ils devraient employer à la construction de leur nid. Tous s’empressèrent donc de venir. Or le créateur leur indiqua successivement les divers matériaux… Le partage général était fait quand la huppe paresseuse arriva:

Seigneur, avec quoi construirai-je mon nid ? demanda-t-elle.
Avec ce que tu pourras trouver, car je n’ai plus rien à t’indiquer.

Et la huppe s’en alla, qui, l’époque de nicher venue, ne trouva rien autre que les ordures dont les autres oiseaux ne voulaient pas. Force lui fut bien de les prendre.

Et voilà pourquoi, d’après nos campagnards, l’on dit avec raison : « Malpropre comme une huppe ».

« Musée des familles. »  Charles Delagrave. paris, 1897. 
Photo : Gérard Joyon.

Les mollusques de Sa Majesté

Publié le

 huitres-peinture

Rappelons que le Vert-Galant était, pour le moins, un aussi intrépide avaleur d’huîtres, qu’un rude jouteur au jeu de l’amour et du hasard. Il y a là-dessus une bien savoureuse anecdote, rapportée dans le journal de l’Estoile, et que vous voudrez bien me laisser vous conter.

Chassant un jour vers Gros-Bois, Sa Majesté se déroba de sa compagnie et revint sans escorte à Créteil sur l’heure du dîner. Il descend à l’hôtellerie et demande à manger, mais il ne reste plus rien. Avisant alors une magnifique bourriche d’huîtres, le roi s’informe pour quel mortel heureux est ce précieux régal. L’hôtesse répond brusquement que c’est pour des procureurs qui se trouvent en haut.

Henri IV, que l’hôtesse prend pour un simple gentilhomme, charge celle-ci de dire aux procureurs qu’un honnête gentilhomme les prie de lui céder une seule douzaine d’huîtres pour de l’argent, et de vouloir bien l’accommoder du bout de leur table, ce qu’ils refusèrent tout à plat, disant que pour le regard des huîtres, il n’y en a pas trop pour eux . Le roi, continue l’Estoile, en son langage d’un charme archaïque, ayant entendu cette réponse, envoie quérir le sieur de Vitry, qui arrive avec dix autres seigneurs. Après avoir conté sa déconvenue et la vilenie de ces messieurs procureurs, Sa Majesté ordonna qu’ils fussent saisis, menés à Gros-Bois, et là très bien étrillés et fouettés, pour apprendre à être plus courtois à l’avenir à l’endroit des gentilshommes.

Le Vert-Galant put ainsi à loisir satisfaire son caprice.

« La Médecine internationale. »  Paris, 1906.
Illustration : Willem Claeszoon Heda.

Amour-propre

Publié le Mis à jour le

prétentieux.

Un auteur a qualifié l’amour-propre, le plus grand de tous les flatteurs. Ou encore : amour de soi, qui peut, au cas échéant, tenir lieu de tout ce qu’on n’a pas.

« L’amour-propre, disait le célèbre théologien protestant Abbadie, entre essentiellement dans toutes les vertus. Une bonne action n’est qu’une manière de s’aimer, un amour-propre plus noble que les autres. »

L’amour-propre, a dit Voltaire, fort expert d’ailleurs en cette question, est semblable à l’avarice, il ne laisse rien traîner. L’une se baisse pour ramasser la plus misérable guenille, el l’autre le plus plat éloge.

Nul mortel, peut-être, ne porta la présomption et l’amour-propre plus loin qu’un certain Ségérus, professeur en l’Université de Wirtemberg. Il fit graver son portrait au-dessus d’un crucifix, avec cette inscription :

« Seigneur Jésus, m’aimez-vous ?« 

Et Jésus répondait :

« Oui, très illustre, très excellent, très docte seigneur Ségérus, poète couronné par sa majesté impériale, et très digne recteur de l’université de Wirtemberg, oui, je vous aime !« 

« Musée des familles. »  Charles Delagrave, 1897, Paris. 

Comment se mouchaient nos ancêtres

Publié le Mis à jour le

mouchoirs

Telle est la question, mes chers lecteurs, et vous aussi, mes chères lectrices, que vous avez dû souvent vous poser, lorsque vous approchez de vos narines ces morceaux d’étoffes, plus ou moins luxueux, fins, et brodés, destinés à débarrasser votre cerveau des humeurs indiscrètes qui l’encombrent.

Il est plus que probable que nos pères, à commencer par Adam et Eve, se mouchaient avec leurs doigts, et cet usage devait, après eux, se généraliser, au point que l’historien grec Xénophon nous apprend que Cyrus, roi des Perses, fut obligé d’interdire à ses sujets  de se moucher, et le reniflement devint pour eux obligation. On reniflait aussi chez les Grecs et les Romains. Cependant, les gens aisés se servaient d’une sorte de serviette-mouchoir qu’ils appelaient sudarium, c’est-à-dire suaire. Les élégants en possédaient même deux qui leur servaient successivement à s’essuyer les mains et le visage. Le premier était en lin, et se portait à la ceinture, l’autre était en soie et se tenait à la main. Les Romains y ajoutèrent même l’orarium, qu’ils employaient pour s’essuyer la bouche. Quant aux peuples Asiatiques, ils n’ont jamais cessé de se moucher avec leurs doigts, qu’ils essuient à de riches étoffes brodées.

En Europe, l’usage constant du mouchoir coïncide avec l’apparition de la tabatière qui devait être en grand honneur au XVIIIe siècle. C’était un luxe comme la canne et l’éventail. Non seulement, les grands seigneurs se fourraient dans le nez des prises copieuses, mais il était de bon ton de faire priser également son jabot et ses dentelles.

A ce sujet, voici une curieuse anecdote rétrospective :

Un jour, le roi Louis XV se promenait sur la terrasse de Saint-Germain. Un coup de vent souleva quelques grains de tabac de dessus le jabot d’un courtisan et les lança très irrespectueusement dans l’œil du Roi.

Aussitôt sa Majesté se livra à une pantomime des plus comiques. Puis, se tournant brusquement vers le marquis d’Hauteville, elle lui dit :

Marquis, soufflez-moi dans l’œil.

Celui-ci, quoique un peu troublé, obéit avec une grâce et une habileté qui lui valurent les félicitations de toute la cour. Il fut le héros de la journée et peut être de la semaine. Longtemps après, un de ses descendants, après avoir énuméré les hauts faits de ses aïeux, ne manquait jamais d’ajouter :

Et mon grand oncle, Jean Ladislas, Maxence d’Hauteville eut l’honneur, le 3 mai 17… de souffler dans l’œil du Roi…

L’habitude de priser devait donc généraliser l’usage du mouchoir.

Tout d’abord, répondant à son but, il consiste en un foulard de couleur sombre. Mais bientôt, les personnes qui ne prisaient pas, les dames surtout, voulurent avoir leur mouchoir, qui devint blanc, et que la coquetterie féminine ne tarde pas d’embellir de jolies broderies et de rares dentelles.

Mais, le mouchoir ne servait pas qu’à… se moucher. Le compositeur Étienne Nicolas Méhul s’en entourait le poignet pour battre la mesure, et déjà, les musiciens de l’orchestre, s’en servaient pour appuyer leurs violons contre leur épaule, et éviter ainsi l’usure trop rapide de leurs habits. Les campagnardes s’en servaient en guise de coiffure, et lorsque la diligence partait, emportant au loin des êtres chers, c’était à qui s’enverrait le suprême adieu, en agitant son mouchoir.

Et quand on songe que de nos jours certains médecins prétendant que le mouchoir est un nid à microbes et veulent le remplacer par un papier spécial, on en arrive très sérieusement à se demander si le roi Cyrus ne fut pas un grand hygiéniste.

« L’Universel : magazine hebdomadaire. » Paris, 1903.

L’évangélisation des Groenlandais

Publié le Mis à jour le

Groenlandais

Le Parlement danois s’occupe de réformer l’enseignement au Groenland, et le député-pasteur Bjerre a demandé que l’instruction ne soit plus confiée désormais à des missionnaires de la métropole, mais à des pasteurs indigènes qui puissent se mettre à la portée de l’intelligence des Groenlandais, et il en a cité deux exemples assez probants :

« Agneau de Dieu, chargé des péchés du monde », n’a aucune signification dans une région où l’on n’a jamais vu d’agneau, et il faudrait remplacer la citation divine par celle-ci :

« Phoque de Dieu, chargé des péchés du monde ! »

Quant à l’immortelle formule : « Seigneur donnez-nous notre pain quotidien », elle est presque incompréhensible au Groenland, où l’on ignore le pain et où l’élément essentiel de la nourriture est le lard, de telle sorte qu’il faut apprendre aux Groenlandais à dire :

« Seigneur, donnez-nous notre lard quotidien ! »

« Le Journal du dimanche : gazette hebdomadaire de la famille. »  Paris, 1905.
Illustration : Jens Erik Carl Rasmussen.