snobisme littéraire

Le jugement de la postérité 

Publié le Mis à jour le

posteriteCertains snobs littéraires attaquent bassement Anatole France tout en accablant de louanges leurs obscurs amis. 

De même, un critique du siècle dernier fulminait contre « Monsieur » Hugo qu’il trouvait « mesquin dans ses tapages, enflé, détonnant, trop embesogné de montrer l’esprit qui lui manque. » Et ce critique n’avait pas assez de superlatifs pour chanter les mérites d’un certain Ernest Hello, « esprit de l’ ordre le plus élevé ». « écrivain d’un ordre supérieur », etc. 

Dans quelques lustres, on lira encore Victor Hugo et Anatole France, mais il y aura belle lurette que les petits esthètes lunettés qui attaquent aujourd’hui l’auteur de Thaïs, seront allés rejoindre M. Ernest Hello dans les profondeurs de l’oubli.

« La Revue limousine. » Limoges, 1930.

Publicités