sorcière

Mauvais esprit

Publié le Mis à jour le

cartomancie.Une bien bonne histoire que nous lisons dans le Courrier de Bayonne. 

Le vendredi 15 juin 1891, de très bonne heure, 5 heures et demie du matin environ, une femme étrangère, accompagnée d’une jeune fille d’environ 14 ans, se présenta chez la dame Anchorena, 53 ans, ménagère à Anglet, et lui proposa de lui tirer les cartes. Mme Anchorena, qui a souvent des malades chez elle, accepta.

Le mauvais esprit est dans votre maison, lui dit alors la cartomancienne. Pour l’en chasser, faites ce que je vais vous dire. Enveloppez un œuf avec une somme de 13 fr. dans un châle de soie et placez le tout sous l’oreiller de votre lit. Je viendrai chez vous demain matin à 5 heures. Je vous ferai casser l’œuf et vous y trouverez des aiguilles à coudre.  

Mme Anchorena suivit ces prescriptions à la lettre. La cartomancienne revint le lendemain comme elle l’avait dit. L’œuf cassé, 5 aiguilles en sortirent. Aucun doute n’était possible sur la véracité et le pouvoir occulte de la sorcière. Aussi, quand elle demanda à Mme Anchorena de lui confier le châle et la somme de 13 fr, dont elle avait besoin pour combattre le mauvais esprit, disait-elle, Mme Anchorena y consentit volontiers, d’autant que la tireuse de cartes lui promettait qu’elle reviendrait dans neuf jours et que, pendant ce temps, la personne qui avait causé du mal à sa famille viendrait lui demander pardon à genoux. 

Inutile de dire qu’on n’a revu ni la cartomancienne, ni les 13 fr., ni le châle. La naïve Mme Anchorena, désabusée, a confié son déplaisir à la gendarmerie qui cherche encore inutilement la sorcière. 

Dr Ch. Lavielle, 1895.

Publicités

C’est toujours chez les pauvres gens…

Publié le Mis à jour le

louis-XIV

Hélas ! très-puissant roi Français, 
Nous pensons, si bien ravisais 
Et tu fusses bien conseillé, 
Qu’aucun pou nous épargnerais… 

Chantaient les misérables du pauvre commun. Examinons comment les très-puissants rois de France répondirent à cet appel, du quinzième siècle à la Révolution.

Sous Charles VI, misère horrible. Qu’y peut faire le roi Charles ? Armagnacs et Bourguignons se disputent la France. Les Anglais pillent et ravagent, Henri V saccage les villes, et pour affirmer son droit royal, il n’a pas de plus grande hâte que de rançonner ses nouveaux sujets, de mettre à mort qui se plaint, de doubler les impôts, de torturer les récalcitrants. La France était littéralement au pillage. Vainqueurs ou vaincus se faisaient un devoir de détruire les récoltes, les villages, partout où ils passaient. 

Que pouvaient faire les prolétaires dans cette lutte acharnée des ambitions ? Ils mouraient de faim, et, dit un historien, ils couraient les bois comme des bêtes fauves. 

Charles VII monte sur le trône de France : prince épicurien, se souciant fort peu de la misère d’autrui, il appelle les étrangers à sa défense, et demande de l’argent à son peuple. Ses favoris pillent ce qui restait à piller, et pendant ce temps, le roi continue à tenir une cour de gais favoris, et à enrichir, autant qu’il le pouvait, quelques courtisans. 

Il disait déjà le mot de Louis XV : Après moi, le déluge ! 

Que le peuple fût réduit à se cacher dans les cavernes pour échapper aux maraudeurs et aux assassins, que les prolétaires fussent trouvés épuisés de fatigue et de faim dans les fossés des routes, qu’importait au roi Charles VII ? Quand il avait besoin d’argent, il réunissait tout ce que ses capitaines pouvaient encore mettre sur pied de soudards et de reîtres, et jetait cette meute affamée sur les campagnes. Chose curieuse ! on trouvait encore à voler. Et ce roi était satisfait. Du reste, il faut le dire, les États généraux refusaient do se réunir et de sanctionner ces extorsions. 

Le peuple se faisait humble, petit, il ne résistait plus. Il  n’avait plus de point d’appui. La parole des prêtres le rabaissait de plus en plus dans sa misère, l’Imitation de Jésus-Christ semblait apparaître tout exprès pour lui faire de sa misère une gloire et un devoir : 

« Vous serez toujours misérables, où que vous soyez, et de quelque côté que vous vous tourniez, si vous ne vous tournez pas vers Dieu… C’est une véritable misère, de vivre sur la terre. Manger, boire, veiller, dormir, se reposer, travailler et se voir sujet aux autres nécessités de nature est certainement une grande misère et une affliction pour un homme pieux, qui voudrait bien ne dépendre en rien de la chair et être libre de la servitude du péché. » 

Et à ces voix, qui prêchaient le renoncement, le peuple répondait par son silence et sa soumission : il mourait sans rien dire. Que pouvait-on lui demander de plus ? 

Tout à coup, une illuminée se lève. Jeanne d’Arc… Que représente -t-elle ? D’où vient-elle, et quel est ce hasard étonnant ? Est-elle vraiment, comme l’ont chanté les poètes de l’histoire, la figure naïve et splendide du peuple, venant au secours de son souverain ? 

Pourquoi ce peuple aurait-il couru se ranger sous la bannière de Charles VII ? Quel bien en pouvait-il attendre ? Les Anglais étaient-ils donc plus terribles que les voleurs d’impôts, envoyés par le roi ? 

La venue de Jeanne fut toute spontanée, elle ne procédait d’aucun sentiment général, c’était une sorte de fée sortant tout à coup de l’inconnu. Et c’est par le charme même qui s’attache à l’inconnu qu’elle acquit aussitôt son prestige. 

Les grands s’étonnèrent, mais comme ils se sentaient faiblir, et qu’ils ne pouvaient attribuer leurs revers à leur propre inertie et à leurs désordres, ils furent bientôt disposés à accepter cette intervention comme divine. Certes, Dieu intervenait singulièrement, et sa prédilection pour la France se justifiait difficilement. Mais Charles VII et ses favoris n’eurent garde de discuter. 

Le peuple leva curieusement la tête. Peut-être supposait-il que dès que la France serait délivrée des Anglais, son sort deviendrait moins misérable ? En tout cas, un changement quelconque dans sa situation était préférable au statu quo. Mourir ou être sauvé, telles étaient les deux alternatives que posait la venue de Jeanne, et le peuple se reprit à espérer 

Quant au très-puissant roi de France, dès que Jeanne l’eut mené à Reims et qu’il eut été sacré, tandis que le peuple se prosternait sur le passage de la Pucelle, il se hâtait de l’abandonner, la laissait pendant six mois aux mains des Anglais, se vautrait dans des débauches que lui rendait plus agréables encore la puissance reconquise, se tournait quelquefois pour demander si son peuple se battait bien ou si Jeanne d’Arc vivait encore, discutait avec La Trémoille qui pillait le pays reconquis : le 30 mai 1431, Jeanne d’Arc était brûlée comme sorcière et relapse. 

Le peuple se sentait perdu, et Charles VII se plaignait de n’avoir plus d’argent. 

Quatre ans après, le traité d’Arras était signé. 

Charles VII était reconnu roi de France par Philippe de Bourgogne… 

Grand soulagement pour le peuple en vérité ! Les Anglais se lancent de nouveau sur la France, brûlent les villages, exterminent la population. Charles VII rentre dans Paris. Le voici redevenu très-puissant roi de France

Va-t-il écouter les plaintes du pauvre commun ? Certes, et voici comment : 

Charles VII altère les monnaies, les La Hire, les Chabannes, les Xaintrailles se regardent comme les maîtres de cette France rendue à leur maître. Comme ce bon roi ne peut assez leur prodiguer de richesses (il faut bien faire quelques économies), ils pillent les paysans, en disant : Il faut bien que nous vivions ! 

Les paysans d’Alsace ne furent pas suffisamment endurants et eurent l’audace de tuer les pillards. 

Quant au roi, « il ne tenait compte ni de la guerre, ni de son peuple, non plus que s’il fût prisonnier de Sarrasins. Il avait avec lui tant de larrons, que ces étrangers disaient qu’il était la source de tous les larrons de la chrétienté. » 

En 1437, il entre en triomphe dans Paris. Mais il se hâte de partir, laissant derrière lui la famine: cinquante mille personnes périrent de faim et de maladie. Charles VII avait de bien autres soins en tête, le pape l’occupait fort, et de ses soins assidus sortit la Pragmatique Sanction de Bourges, qui dispose : 

« Que les élections des prélats doivent être faites canoniquement, dans les églises cathédrales et collégiales, ainsi que dans les monastères. Que ceux auxquels appartient le droit d’élection se réuniront au jour fixé pour y procéder, et après avoir imploré le Saint-Esprit pour qu’il leur inspire un choix convenable, etc., etc. » 

Toutes mesures, on peut s’en convaincre, qui touchaient directement au problème de la misère. 

Cependant, le 2 novembre 1439, le roi daigna, sur les remontrances des États d’Orléans, rendre une ordonnance interdisant aux hommes de guerre le pillage et les exactions, le rançonnement des paysans et la destruction des récoltes. Mais par contre, le roi se réservait le droit de lever les impôts sans le concours des États, et organisait la taille sous laquelle devait plier et souffrir encore le pauvre commun

L’armée permanente fut organisée. Ce qui d’ailleurs fut d’abord un bien relatif , car routiers et reîtres disparurent. 

Mais c’était trop de soins pour le bon roi de France, et il continua de vivre luxurieusement et charnellement entre femmes mal renommées

Extrait : Jules Lermina. « Histoire de la misère, ou Le prolétariat à travers les âges. » 1869.

La ventriloque

Publié le

Guérard

Pendant qu’on reparle sorciers et sorcellerie, la ventriloquie est de circonstance. Elle rentre, en effet, dans le domaine de la sorcellerie, et les ventriloques furent plus d’une fois accusés de magie, au péril de leur liberté et même de leurs jours !

Il semble que quelques-unes des sorcières réputées du moyen âge aient été d’habiles ventriloques. En voici un exemple que cite la Nature.

Vers la fin du seizième siècle, une petite vieille se montrait en Italie et conversait à haute voix avec un démon qu’elle appelait Cincinnatulus. Elle fut examinée notamment, dans la ville de Rovigo, par Coelius Rodiginus, qui entendit distinctement une voix qui partait du ventre de cette femme. Celle-ci était donc manifestement possédée du démon..

J’ai souvent, dit-il, ouï la voix de cet esprit immonde, fort gresle et toutefois entendible en tous les mots, parlant des choses présentes et passées, au grand estonnement de tous;
mais pour le regard de ce qui estoit à venir plus souvent vain et mensonger.

Vers la même époque, une femme ventriloque, nommée Cécile, vint à Lisbonne. Elle faisait varier sa voix de telle sorte que celle-ci semblait sortir, d’après les historiens du temps, parfois de son pied, de sa main, de son cou ou de différentes parties de son corps. Elle interrogeait un être invisible qu’elle appelait Pierre-Jean et qui répondait, d’une voix claire et distincte, à toutes ses questions. 

Arrêtée, jugée et convaincue d’être sorcière et possédée du démon, elle eut la chance d’échapper au bûcher et fut déportée à vie à l’île Saint-Thomas.

« La Revue des journaux et des livres. »  Paris, 1885. 
Illustration : Guérard.

Une sorcière brûlée à Senones

Publié le Mis à jour le

sorcière

C’était en 1482, année au cours de laquelle peu d’événements célèbres se sont passés (précédant celle qui a vu naître Luther et mourir Louis XI).

Il parvint aux oreilles du prieur de l’abbaye de Senones qu’une femme de Ménil se livrait aux triaige et genocherie et qu’elle était accusée de sorcellerie.

Cette femme, qui se nommait Idatte, épouse de Colin Paternostre, fut appréhendée et enfermée dans les prisons de l’abbaye de Senones.

Les faits à la charge de la détenue ayant été trouvés suffisants par le prieur et l’abbé, ceux-ci firent venir un inquisiteur de la Foi qui l’interrogea et entendit plusieurs témoins contre elle.

Je me demande si le mari Colin était au nombre de ces témoins. Cela devait être. Et si dans sa déposition il a témoigné pour ou contre son épouse. Il est certain que si Idatte allait au sabbat, elle devait quitter souvent la couche maritale et ne pouvait le faire et se rendre sur la montagne d’Orthomont, à cheval sur un balai, sans que son époux ne puisse s’en apercevoir.

Le pauvre Colin devait connaître les égarements et les turpitudes de sa femme, et je suppose qu’étant terrorisé par elle il a dû, lorsque celle-ci a été hors d’état de lui nuire, raconter ses déboires à l’inquisiteur. Ou, aimait-il bien sa sorcière et y a-t-il, le plus possible, atténué les charges qui pesaient sur elle. C’est grand dommage que la chronique soit muette à ce sujet.

Quoiqu’il en soit, l’inquisiteur fit son procès à dame Idatte ou plutôt fit un réquisitoire qu’il lut publiquement en chaire, la déclarant convaincue de culpabilité suivant sa propre confession et les témoignages entendus.

Ceci fait, le maire et les officiers de l’abbé conduisirent la coupable sur une pierre ronde au-dessus et à côté du grand chemin, dans l’abbaye, et la livrèrent à Jean du Puy, prévôt du comte de Salm voué de l’abbaye, pour que celui-ci fasse rendre justice.

Ensuite Idatte fut menée devant le portail de l’église où le prévôt séant au siège de justice, accompagné de plusieurs autres officiers, ordonna à tous les sujets de l’abbaye et à ceux du comté de Salm qui étaient présents, de statuer sur le cas de l’inculpée.

Comme on le voit, c’était la vraie justice populaire.

Les assistants s’étant écartés et ayant discuté longuement et opiné rendirent et prononcèrent leur jugement, dont lecture fut faite à l’accusée par Ferri le Masson, de Senones, à ce commis.

Ce jugement, rendu le 26 août 1482, dit : 

Que la nommée Idatte, pour les choses contenues en son procès et attendu sa confession pour les choses de triaige, genocherie et matières contre la sainte Foy catholique et les commandements de notre sainte Mère l’Eglise, qu’elle connue crimineuse avec son corps devait bien être arse, brûlée et fulminée et pour cette cause tous ses héritages avec toutes leurs appartenances, selon les anciennes chroniques et selon le droit des anciennes et louables coutumes en tels cas observées de temps immémorial, étaient enchus et confisqués et devaient appartenir aux dits seigneurs, abbé et couvent de Senones comme seigneurs à cause de leur monastère et tous ses biens, meubles devaient pareillement appartenir aux dits seigneurs comtes de Salm comme avoués du dit monastère et Val de Senones.

Dom Calmet en relatant ces faits peu connus dans l’Histoire de la Lorraine, ajoute: Mais dans tout ceci je ne vois aucun fait particulier, ni aucune preuve de la prétendue sorcellerie de cette malheureuse.

En fait, la chronique ne donne rien de plus et ne relate aucune des choses qui ont servi de base à l’accusation et au jugement.

Mais Colin Paternostre qui perd sa femme brûlée vive et voit ses biens confisqués lorsque peut-être il avait songé en hériter, n’est-il pas un peu à plaindre ? A-t-il pu seulement recueillir les cendres de sa sorcière épouse ? C’est peu probable.

« Le Pays lorrain. »   dir. Charles Sadoul, Société d’archéologie lorraine, Berger-Levrault (Nancy) 1904