sucre

A question simple, réponse…

Publié le Mis à jour le


cuvier-napoléonQuand on sait bien une chose, on aime à en parler. Cuvier, l’homme le plus savant que nous ayons possédé depuis bien des années, aimait beaucoup à parler sciences, et en parlait quelquefois fort longuement.

Napoléon, savait aussi, quoique à un degré très inférieur, aimait à entendre les savants, pourvu toutefois qu’ils arrivassent, sans trop de préambule, à la solution des problèmes. Un soir Cuvier était venu aux Tuileries. C’était à la suite d’une séance de l’Académie des sciences.

Monsieur Cuvier, dit l’empereur, qu’avez-vous fait aujourd’hui à l’Académie ?
— Sire, nous nous sommes occupés de sucre de betteraves.
— Ah ! ah ! et l’Académie pense-t-elle que le sol de la France soit propre à la culture de la betterave ?

Pour répondre à cette question assez simple, Georges Cuvier, en véritable savant, fit une dissertation géologique sur le sol, de laquelle il passa à l’histoire naturelle de la
betterave. Quand il en vint aux conclusions, l’empereur n’écoutait plus. Le silence de Cuvier le fit sortir de sa distraction. Il reprit :

C’est très-bien, monsieur Cuvier. Alors l’Académie pense-t-elle que le sol de la France soit propre à la culture de la betterave ?

Cuvier, jugeant qu’une préoccupation quelconque avait distrait l’attention de l’empereur, reprit sa dissertation et la continua jusqu’au bout. L’empereur, qui n’en demandait pas si long, se mit à penser à autre chose. Quand Cuvier eut fini, il le salua avec ces mots :

Je vous remercie beaucoup, monsieur Cuvier. La première fois que je verrai Berthollet, je lui demanderai si le sol de la France est propre à la culture de la betterave.

« Le Magasin universel. » Paris, 1835.

Publicités

Littérature au poids

Publié le Mis à jour le

librairie

Une librairie parisienne annonce la mise en vente de la grande Encyclopédie d’histoire naturelle du Dr Chenu, 22 vol. in-4°, avec 9 vol. de tables.

Une réclame formidable est organisée à ce sujet, et, dans le prospectus, entre autres boniments, on lit ce qui suit :

« L’ouvrage pèse 5,400 kilogrammes, et mesure 39 centimètres de hauteur, 29 centimètres de largeur et 5 centimètres d’épaisseur. C’est un monument élevé à la gloire de Paris. »

Nous devons avouer que c’est la première fois que nous voyons annoncer et vendre un livre au poids, comme du sucre ou de la cannelle !…

« Gazette Parisienne. »  Paris, 1890.


loisir20

Sucre blanc

Publié le Mis à jour le

poule

De toutes petites causes ont souvent de bien grands effets. Je n’en veux pour preuve que ce fait, généralement peu connu, mais qui n’a pas moins eu une très grande influence sur la production d’un article de consommation courante: le sucre. Une poule, qui s’était fourvoyée dans une carrière de terre glaise envahie par l’eau de pluie, se réfugia dans un entrepôt de sucres. Elle vola de droite et de gauche, sur les tas de sucre brut, c’est-à-dire de cassonade, et partout elle passa, elle laissa des traces, on s’aperçut que le sucre était devenu blanc. Ce fait bizarre amena les fabricants à faire des expériences avec de la terre glaise, qui démontrèrent pertinemment que cette terre avait la faculté de clarifier ou plutôt de raffiner le sucre.

 » Le Grand illustré  »  Paris, 1906.