uniforme

Agents azur

Publié le

police

Enfin ! L’administration (Dieu ! que ce mot est long !) se décide à faire quelque chose pour les Parisiens. M. Lépine, homme bien intentionné devant l’Eternel, a résolu de nous donner des agents de police tout neufs, où plutôt tout de neuf habillés. Il sait quelle influence le costume exerce sur ceux qui le portent aussi bien que sur ceux à qui il se montre.

Si l’on s’en fie aux descriptions qui nous viennent, le nouvel uniforme sera d’une sérénité angélique. La tunique, moins longue qu’aujourd’hui, sera en drap bleu, de nuance très claire, et fermée par des boutons en nickel, disposés sur la poitrine en forme de coeur (on ne dit pas si ce coeur sera percé d’une flèche). Le képi aussi sera bleu, et bleu le pantalon avec des bandes dites passepoil en drap garance.

Ce sera délicieux. Si les agents voués à l’azur ne parviennent pas à protéger nos poches, ils se rattraperont en charmant nos regards. Et quand les passants coudoieront dans la foule les agents d’un côté, les voleurs de l’autre, ils n’y verront que du bleu.

« Le Journal amusant. »  Paris, 1894. 
Illustration : Le Petit Parisien, 1900.

Publicités

L’uniforme des notaires

Publié le Mis à jour le

notaire

Si nous en croyons un jurisconsulte historien, une très ancienne ordonnance royale interdisait autrefois aux notaires de monter dans les voitures publiques. L’on n’ignore pas que ces officiers ministériels de par leur qualité de corps privilégié ont gardé la plupart de leurs règlements séculaires. Il était donc intéressant de savoir si la prohibition en question était toujours observée.

C’est de quoi s’est enquis un reporter, à qui l’un des doyens du notariat parisien a répondu que cette précaution, peut-être respectable à son heure, était abrogée en fait depuis la Révolution. Il n’en est pas de même du costume imposé par Louis XIV aux tabellions. Cet uniforme archaïque est porté par nos honorables croque-notes le jour de leur prestation de serment. En voici le détail : chapeau claque à plumes noires; rabat blanc; manteau à petit collet; culotte courte; bas de soie et souliers plats.

Je vous avouerai d’ailleurs, ajouta l’aimable interviewé, que notre garde-robe ne contient pas cet uniforme exceptionnel. Il nous est fourni par un costumier ad hoc dans les rares cas où nous ne pouvons nous en passer. J’ajoute humblement que nous manquons d’élégance là-dessous. Le notaire est généralement obèse. Vive plutôt la bonne et simple redingote avec laquelle nous pouvons aller partout, omnibus et métro compris !

Apprenez en outre que si nous remontons dans l’histoire au delà de Louis XIV lui-même, nous trouvons une étiquette plus rigoureuse encore. De Saint-Louis à Henri IV, tout au moins les notaires comme tous les officiers de justice participaient ostensiblement à la cléricature en portant la tonsure.

« Magazine universel. »  Paris, 1903.