us

La passion du sport

Publié le Mis à jour le

football-americain

Les tribunaux du Texas, qui avaient condamné dernièrement à mort le fameux champion indien du jeu de football, nommé Wolla Toneka, viennent de lui accorder un sursis jusqu’à fin d’octobre, uniquement pour lui permettre de tenir ses engagements de la saison.

Et, dans tous les rings américains, c’est à qui jouera une suprême partie de football contre le champion qui n’a plus que six semaines à vivre. 

Wolla Toneka est né à Eagle County, il y a de cela vingt-deux ans. Il appartient à la tribu encore puissante des Choctaws. Quoique orphelin de très bonne heure, reconnu par un chef indien, il a fait d’assez fortes études et parle et écrit correctement l’anglais. 

A la suite d’une petite discussion de famille, Wolla dans un moment de vivacité a brûlé la cervelle de ses deux oncles et d’un individu nommé Henderson. 

Il sera fusillé, suivant la coutume, à l’expiration de son sursis, par conséquent dans les premiers jours de novembre, mais cela ne l’empêchera pas de jouer jusque-là au football, sous l’oeil de la police, bien entendu, contre tous les champions américains.

 Source : « L’Athlète. » Roubaix, 1897.

 

Publicités

Un mariage au Ku-Klux-Klan

Publié le

Ku-Klux-Klan

On peut appartenir au Ku-Klux-Klan et ne pas demeurer étranger aux choses du sentiment. Bien au contraire, paraît-il. Deux jeunes gens, appartenant comme tous ceux de leur famille à la fameuse société secrète américaine, viennent de se marier à Claredon, non loin de Washington.

Leur mariage eut lieu toutefois selon les rites et us du Ku-Klux-Klan. Entendez qu’ils étaient revêtus d’une cagoule de pénitent blanc, que les gens du cortège l’avaient pareillement et que le défilé dut ressembler étrangement aux processions de la semaine sainte à Séville ou à un enterrement chez les frères de la Miséricorde à Florence.

Mais quoi, comme dit le titi, il faut bien rigoler un peu.

« Comoedia. »  Paris, 1927.
Image d’illustration.