Vampire de Düsseldorf

Hésitation

Publié le

vampire dusseldorfUn journal de Berlin écrivait récemment à propos du Vampire de Dusseldorf, les lignes suivantes : 

« Le ministre de la Justice de Prusse se trouve devant une pénible alternative : c’est de lui que dépend l’exécution de la condamnation à mort prononcée contre Peter Kürten. Se décidera-t-il pour la guillotine, ou pour la transmutation de la peine ?

On pourrait croire qu’en présence d’un cas pareil, l’hésitation n’est pas permise. Mais depuis plusieurs  années, les partis de gauche font en Allemagne une vive campagne contre la peine de mort. La réforme du Code pénal étant à l’étude, ils ont résolu, dans les pays où leurs délégués sont au pouvoir, de suspendre l’application de cette peine jusqu’au vote de la nouvelle loi. En Prusse, par exemple, la guillotine chôme depuis quelque temps. 

On conçoit l’hésitation du ministre, pris entre l’opinion publique (qui dans le cas présent, exige l’exécution du condamné) et ses principes, qui sont ceux de son parti. » 

L’opinion publique a triomphé. Kürten a été exécuté jeudi dernier 

« Chantecler. » Tananarive, 1931.

Le démon de Dusseldorf

Publié le Mis à jour le

peter-kurten

L’affaire du Vampire de Dusseldorf est venue, mercredi, devant les assises. On sait que le vampire, un nommé Peter Kürten, s’est rendu coupable de quelques peccadilles : neuf meurtres, deux viols, deux tentatives de viol, et quelques menus autres méfaits.

L’avocat du sinistre personnage plaide l’irresponsabilité.

— C’est la surexcitation sexuelle… Il a été poussé par une force insurmontable… 

Un petit passionné, quoi !… 

Le tribunal ne l’a pas entendu de cette oreille. Kürten, lui-même, qui n’est plus travaillé par « le démon de la chair » réclame à grands cris la guillotine. Ce serait d’ailleurs un excellent moyen de refroidir ses ardeurs.

« Chanteclerc. » Tananarive, 1931.

1-101